Microsoft travaille sur un « ordinateur planétaire » pour mieux observer la biodiversité

Science

Par Felix Gouty le

Microsoft a de grandes ambitions écologiques, dont la neutralité carbone d’ici 2030. La plus révolutionnaire reste néanmoins la plus vague : celle de concevoir un « ordinateur planétaire » capable de rassembler toutes les informations concernant l’état de la biodiversité et de l’environnement de notre planète.

Crédits : Tomas Sobek / Unsplash.

« Imaginez un ordinateur planétaire qui nous dirait exactement ce qu’on doit faire pour protéger la planète Terre » : tel est le défi que se lance Microsoft actuellement. La firme de Redmond vient d’investir un million de dollars auprès de l’ONG allemande, GEO BON (pour « Group on Earth Observations Biodiversity Observation Network ») afin d’accélérer des projets d’identification d’espèces et de cartographie de zones sauvages. Cette initiative s’inscrit dans le nouveau projet « AI for Earth » lancé par Microsoft au début de l’année 2020.

L’entreprise co-fondée par Bill Gates veut mettre son expertise mondiale en matière d’intelligence artificielle au service de groupes de recherche et d’associations environnementales pour compiler et traiter plus facilement et rapidement des masses de données. Celles-ci doivent pouvoir servir à mieux quantifier l’état de la biodiversité et des ressources naturelles pour induire des décisions écologiques gouvernementales plus pragmatiques et efficaces. À terme, Microsoft souhaiterait mettre cet amas de connaissances générées par intelligence artificielle sous la forme d’un réseau mondial d’informations et d’un observatoire numérique en temps réel de la biodiversité : l’ordinateur planétaire. Celui-ci sera capable de déchiffrer un ensemble de données météorologiques, de densité de forêts, de risques d’inondation ou de séismes, de l’état des ressources et des différentes espèces sous surveillance.

Si ce projet reste pour l’instant assez vague et flou, l’intention reste cohérente compte tenu des nouveaux objectifs de l’entreprise. En janvier dernier, Microsoft a affirmé vouloir atteindre la neutralité carbone – c’est-à-dire, émettre directement ou indirectement autant de gaz à effet de serre qu’elle participe à en réduire ou à en capter dans l’atmosphère – d’ici 2030. Plus ambitieux encore, le géant de l’informatique souhaite même participer à la captation d’autant de CO2 qu’elle a pu en émettre depuis sa création. En parallèle, il promet d’investir plus d’un milliard de dollars dans des projets écologiques, comme ceux de GEO BON ou de 500 autres « partenaires » à travers le monde. En outre, dans le futur proche, Microsoft annonce vouloir « protéger plus de terrain d’impacts sur l’écosystème qu’il n’en utilise directement d’ici 2025. »

Source: EnGadget