Microsoft avoue avoir eu tort à propos de l’open-source

Ordinateurs

Par Felix Gouty le

“Microsoft était du mauvais côté de l’Histoire en matière d’open-source” a avoué le président actuel de la firme de Redmond, après des décennies de lutte. Aujourd’hui, propriétaire de GitHub, Microsoft semble se consacrer plus que jamais au partage des données et à leur transparence.

Crédits : StockSnap / Pixabay.

Après des décennies passées à lutter contre des systèmes informatiques contributifs et partagés, comme Linux, ou des plateformes de partage de données, telles que GitHub, Microsoft a changé son fusil d’épaule ces dernières années. Le géant américain de l’informatique a avoué avoir été longtemps “du mauvais côté de l’Histoire en matière d’open-source, en particulier lorsque cette philosophie et cette pratique ont explosé au début du vingt-et-unième siècle.” Ce mea culpa est sorti directement de la bouche du président actuel de la firme de Redmond, Brad Smith, lors d’une conférence en ligne à l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT). Le président de Microsoft a offert ses plus plates excuses en réaction à une citation provenant de l’ancien PDG de la firme, Steve Ballmer, datée de 2001 : “Linux est un cancer qui s’attache à toutes les propriétés intellectuelles qu’il touche.”

Brad Smith révèle surtout que ce qui a fait changé d’avis sur le sujet de l’open-source a été le scandale Cambridge Analytica. Il y a quelques années, cette société avait révélé le rôle pernicieux des données personnelles collectées par Facebook et d’autres géants du numérique et de la Tech, notamment dans l’élection présidentielle américaine de 2016. Il a été depuis repris sur Netflix dans le documentaire The Great Hack. D’après le dirigeant de Microsoft, cette affaire a été un “moment décisif” autant d’un point de vue politique que public. Depuis, il affirme que l’entreprise fondée par Bill Gates est “l’un des plus grands contributeurs au monde en matière d’open-source”, plus encore que Google ou Facebook. Il a notamment cité GitHub, dont Microsoft est propriétaire depuis juin 2018, qu’il voit comme “le foyer du développement de l’open-source.” Par ailleurs, il est à noter que Microsoft utilise en partie des systèmes développés sous Linux pour son réseau cloud, Azure, et exploite désormais l’architecture open-source Chromium pour son navigateur web, Microsoft Edge. “La bonne nouvelle est de savoir que lorsque la vie est assez longue, nous pouvons apprendre que le changement est nécessaire”, a conclu le président de Microsoft, selon The Verge.

Le Guide de survie Linux - 2e...
  • 377 Pages - 07/05/2019 (Publication Date) - PEARSON (Publisher)