La météorite qui a fait disparaître les dinosaures avait le “pire angle possible”

Science

Par Felix Gouty le

Il y a environ 66 millions d’années, une gigantesque météorite s’écrasait dans la péninsule de Yucatán et enclenchait une réaction en chaînes à l’origine de la disparition des dinosaures. Aujourd’hui, des chercheurs ont identifié l’angle de chute de la météorite, responsable de sa létalité.

Crédits : Pixabay.

Les dinosaures n’avaient aucune chance. Telle est la conclusion d’une nouvelle étude scientifique consacrée à la chute de la météorite qui a très probablement mis fin à leurs jours, il y a environ 66 millions d’années. Aujourd’hui, de nombreux détails sont connus à propos de cet événement cataclysmique pour la Terre et tragique pour la paléobiodiversité. La chaîne de réactions catastrophiques que l’impact de cette météorite a provoqué dans les premières 24 heures a notamment été décrite l’an dernier. Des chercheurs ont même découvert que cette collision avait entraîné une forte acidification des océans, ce qui très probablement suffit à engendrer la disparition d’écosystèmes entiers. Les conditions de la chute, notamment sa provenance et son angle, étaient néanmoins inconnues jusqu’ici. Des géologues de l’Imperial College de Londres pensent les avoir identifié dans un article paru dans la revue Nature Communications.

Les chercheurs britanniques ont compilé toutes les informations chiffrés connus sur la composition géologique de la péninsule du Yucatán puis de la forme du cratère de météorite de Chicxulub, au Nouveau-Mexique. Ils ont aussi pris en compte les estimations concernant les caractéristiques physiques de la fameuse météorite : 17 kilomètres de large, 2,63 tonnes par mètre cube ainsi qu’une vitesse de chute mesurée à 12 kilomètres par seconde (soit 43 200 km/h). D’après le résultat de leurs simulations (voir ci-dessus), l’astéroïde aurait approché du Yucatán depuis le nord-est à un angle chute situé entre 45° et 60°“l’un des angles plus mortels possibles” selon l’un des auteurs de l’étude, Garrett Collins. “Nous savons que cela représente l’un des pires scénarios possibles, en termes de létalité de l’impact, car cet angle a permis de soulever un plus grand lot de débris dans l’atmosphère et un peu partout sur Terre, explique le géophysicien britannique. C’est exactement cela qui a provoqué l’hiver d’impact”, à l’origine de la crise biologique qui suivit. Pour preuve, selon Gizmodo, une précédente étude remarquait, en 2017, que la péninsule du Yucatán était l’une des rares régions aussi riche en hydrocarbures et en soufre. Ces éléments chimiques, à effet de serre sous forme de gaz, ont bloqué le rayonnement solaire, source de vie à l’origine de nombreuses chaînes alimentaires. A un angle légèrement différent, la météorite aurait pu, par exemple, chuter en plein océan et nous ne serions sans doute même pas là pour en parler.

Discovery World-Le dernier...
  • Audience Rating: Tous publics
Source: Gizmodo