L’Union européenne lance une enquête sur les assistants intelligents et les objets connectés

politique

Par Felix Gouty le

La Commission européenne chargée de la politique de concurrence ouvre une enquête antitrust. Cette dernière veut s’assurer que Google, Apple ou Amazon n’utilise pas les données engrangées par leurs objets connectés et assistants intelligences pour monopoliser le marché économique.

Crédits : Bence Boros / Unsplash.

L’Union européenne part à la chasse aux objets connectés intelligents. La Commission chargée de la politique de concurrence en a informé le public ce jeudi 16 juillet à Bruxelles. « Une fois que les grandes compagnies ont du pouvoir, elles peuvent très rapidement influencer le marché jusqu’à transformer la concurrence en monopole, a déclaré sa vice-présidente, Margrethe Vestager, à Bloomberg. Si nous n’agissons pas au bon moment, cela risque très sérieusement d’arriver dans le secteur de l’Internet des objets. » Face à cette inquiétude, l’UE a lancé officiellement une enquête antitrust de grande ampleur afin de déterminer si l’utilisation des données engrangées par les objets connectés s’avère aujourd’hui anticoncurrentielle. En somme, le gouvernement européen pointe ici du doigt des dispositifs comme les bracelets et montres connectées mais aussi les enceintes domotiques opérant grâce à un assistant vocal intelligent. Siri d’Apple, Alexa d’Amazon ou encore l’Assistant Google, tous sont mis en porte à faux par cette enquête.

L’intention de la Commission est de s’assurer que les grands acteurs de ce marché n’utilisent pas ce contrôle et cette connaissance quantifiable de leurs utilisateurs pour exercer une sorte d’auto-favoritisme au profit de ses propres produits et services à la vente. Si c’est le cas, cela prouverait qu’elle fermerait volontairement le marché aux concurrents et mettrait en danger le reste du secteur économique. Cette procédure s’inscrit notamment dans l’attente d’une validation du récent rachat de Fitbit, société connue pour ses bracelets connectés, par Google. En parallèle de cette prise de décision, la Commission européenne va contacter 400 firmes et start-ups – fabricants d’appareils connectés intelligents et autres développeurs de logiciels liés – pour éclaircir ses soupçons de monopole économique. Un rapport préliminaire sera publié au printemps 2021, avant une version finale complète en été 2022. Si ses conclusions attestent d’entorses au droit de la concurrence, des mesures pourront être prises pour sanctionner d’une amende les sociétés responsables. Celle-ci pourra s’élever jusqu’à 10% du chiffre d’affaires.

Promo
Echo Dot (3ème génération),...
18 582 Commentaires
Echo Dot (3ème génération),...
  • Notre enceinte connectée la plus populaire : désormais avec un design en tissu et dotée d'un...
  • Contrôlez votre musique par simple commande vocale : écoutez des titres en streaming sur...
  • Un son amélioré, plus puissant : jumelez votre Echo Dot avec un second Echo Dot (3ème...
  • Prête à rendre service : demandez à Alexa de jouer de la musique, répondre à vos...