Seriez-vous prêt à vous faire tester par ce robot ?

Robots

Par Remi Lou le

Une start-up taïwanaise vient de présenter un robot capable d’effectuer des tests PCR par prélèvement nasal de manière totalement autonome. Si l’idée à du bon, à l’heure où ces tests se généralisent, reste encore à convaincre la population de se faire enfoncer un coton-tige dans la nez par une machine.

Dans l’Hexagone comme dans le monde, les tests pour détecter le Covid-19 se multiplient. Si on n’en est pas encore au stade de tests massifs de la population, nombreux sont ceux à se rendre en laboratoire d’analyse pour se faire tester chaque jour, si bien que le personnel soignant est aujourd’hui débordé dans de nombreuses régions en France. C’est justement le constat qu’a fait une start-up taïwanaise, Brain Navi, qui vient de présenter un bras robotique capable d’effectuer des tests PCR de manière autonome. L’idée est de soulager le personnel médical, qui pourrait ainsi être libéré pour des tâches plus urgentes, mais aussi de tester plus largement la population et ainsi lutter contre la propagation du Covid-19. Néanmoins, reste encore par convaincre les gens de se faire tester par ce type de machine :

Crédits : Brain Navi

Ceux qui ont passé ce test le savent : il ne s’agit pas d’un moment très agréable. Le test PCR par prélèvement nasal repose en effet sur l’utilisation d’un long coton-tige qu’un soignant va enfoncer jusqu’au fin fond de la cavité nasale. Voici, en image, l’endroit où le coton-tige vient se frotter pour vous faire une idée de la profondeur à laquelle il est inséré.

Au vu du caractère fortement désagréable de ce test, il est donc nécessaire de faire confiance à celui ou celle qui va enfoncer le fameux coton-tige. Confier cette tâche à un robot revient donc à déshumaniser le test, qui devient autrement plus terrifiant. La société à l’origine de cette invention en est consciente, et travaille à rendre sa machine moins effrayante : « Je pense que les gens auront peur parce que c’est nouveau, mais c’est normal. Nous avons entendu les commentaires et nous cherchons à réduire ce sentiment de terreur » a ainsi déclaré une porte-parole de la société à The Verge.

Pourtant, le robot est on ne peut plus précis et rapide dans son application (moins de deux minutes). Il s’agit d’un dérivé du produit principal de Brain Navi, un bras robotique industriel destiné à préparer les patients à une opération de chirurgie cérébrale, ce qui ne laisse aucun doute sur la précision de l’engin. Néanmoins, la machine n’a pas encore reçu l’approbation réglementaire pour effectuer des tests sur la population. Brain Navi estime pourtant qu’il pourrait s’agir d’une arme redoutable dans la lutte contre la propagation du virus, et espère pouvoir installer son bras robotique dans des lieux comme des aéroports, où la machine pourrait tester à la chaîne les nouveaux arrivants. « Chaque pays veut rouvrir son économie, et pour rouvrir en toute sécurité, des tests à grande échelle [dans les aéroports] pourraient être la clé » explique la porte-parole de l’entreprise à The Verge.

Reste encore à s’assurer du bon fonctionnement de la machine. Sans communication humaine, le robot ne peut en effet pas s’assurer d’une quelconque douleur chez le patient, ce qui alerterait logiquement un soignant humain d’un problème. Ici, si la machine venait à dysfonctionner, même vos cris les plus stridents ne l’empêcheront pas de continuer à enfoncer le coton-tige, avec les répercussions dramatiques que cela pourrait avoir… Et vous, vous feriez confiance à un robot pour effectuer un test PCR ?