Facebook pointée pour son inaction face à la désinformation

culture geek

Par Victor Keller le

Selon une ex-employée, le réseau social aux deux milliards d’inscrits serait beaucoup trop négligent envers les manœuvres politiques pernicieuses sur la plateforme.

Simon Steinberger – Pixabay

« Au cours des trois années que j’ai passées chez Facebook, j’ai constaté de nombreuses tentatives flagrantes de la part de gouvernements étrangers d’abuser de notre plateforme à grande échelle pour tromper leurs propres citoyens ». Les mots de Sophie Zhang, ex-data scientist chez Facebook, ne laissent pas de place à l’ambiguïté. Dans une note qui a été partiellement publiée sur le site BuzzFeed, l’ex-employée du réseau social l’accuse d’avoir délaissé un problème qui prend une importance croissante ces dernières années : la désinformation. Selon Zhang, le phénomène est global et elle a les exemples pour le prouver.

Sophie Zhang illustre son propos avec des cas précis, comme celui de l’Azerbaïdjan, où des faux comptes menaient une campagne visant à maintenir le parti politique actuellement au pouvoir en harcelant l’opposition. Ces comptes n’ont été supprimés qu’un an après le signalement, d’après la data scientist. Autre exemple, celui du Honduras, où le président Hernández, reconduit au pouvoir en 2017, avait utilisé la même méthode pour manipuler les électeurs. Sans parler des Etats-Unis ou encore du Brésil. Bref, Facebook supprime les comptes, mais le plus souvent tardivement, suffisamment pour que le mal soit déjà fait.  D’autant que les quelques milliers voire millions de faux comptes réapparaissent quasiment instantanément.

A l’approche des élections présidentielles aux Etats-Unis, Facebook a pourtant promis de prendre des mesures concrètes, notamment l’interdiction pure et simple des spots publicitaires politiques une semaine avant le vote du 3 novembre. Mais la globalisation du réseau social et son nombre colossal d’inscrits rendent la tâche très difficile à Mark Zuckerberg, qui ne peut promettre que Facebook sera bientôt nettoyé de tous ces « trolls gouvernementaux » et autres campagnes de désinformation. Par la voix de sa porte-parole Liz Bourgeois, Facebook a néanmoins précisé que des équipes spécialisées avaient été constituées et qu’elles étaient parvenues à supprimer plus de 100 réseaux de faux comptes.