James Bond : la scène d’ouverture aura un ton plutôt horrifique

Cinéma

Par Victor Keller le

C’est le réalisateur de Mourir peut attendre, Cary Joji Fukunaga, qui l’a précisé dans une interview. Cette touche personnelle du réalisateur serait liée à son regret de ne pas avoir pu réaliser des films d’horreur. Attention léger spoiler.

Copyright Universal Pictures International France

Attraper un avion en plein vol, gérer une course-poursuite à moto sur les toits d’Istanbul, échapper in-extremis à une explosion nucléaire… Les scènes d’introduction des films James Bond ne font généralement pas dans la dentelle et annoncent la couleur pour le reste du visionnage. Suivies d’un générique tout aussi mythique, ces séquences ont une grande importance et sont une tradition obligatoire pour toute aventure de 007 qui se respecte. C’est probablement la raison pour laquelle le réalisateur du 25ème opus de la franchise, Cary Joji Fukunaga, a insisté dans une interview sur le caractère singulier de l’introduction de Mourir peut attendre. Victime de plusieurs reports, le film a bien besoin de quelques petits éléments de teasing comme celui-ci.

D’après le réalisateur, cette scène, qui se caractérise habituellement par un concentré d’action, sera beaucoup plus posée et aura un même une ambiance orientée horreur. Difficile d’imaginer ce que cela veut bien pouvoir dire étant donné que ce n’est pas vraiment un genre que l’on associe à l’espion britannique. En réalité, il s’agit d’une touche très personnelle de Cary Joji Fukunaga, qui a exprimé dans cette scène un regret, celui de ne pas avoir adapté un monument littéraire de l’horreur. En effet, le réalisateur américain devait scénariser et diriger l’adaptation du roman de Stephen King, Çamais des désaccords avec la production sur le scénario lui ont finalement fait quitter le projet.  L’adaptation de Ça, déclinée en deux chapitres sortis en 2017 et 2019, avait finalement été prise en charge par le réalisateur argentin Andrés Muschietti.

On peut faire confiance à Cary Joji Fukunaga pour proposer une vision unique de 007. Le réalisateur a déjà travaillé sur la série True Detective ou encore sur la mini-série de Netflix Maniac. Prévu pour le 11 novembre, Mourir peut attendre sortira finalement le 31 mars 2021, si tout va bien. Le film capitalise à lui tout seul tous les espoirs d’une vraie reprise de l’industrie du cinéma au niveau international.