Ce clone conservateur de Twitter a conquis beaucoup d’Américains depuis les élections

apps

Par Felix Gouty le

La nouvelle application chez les conservateurs américains a moins d’un an et s’appelle Parler. En moins d’une semaine, elle a gagné près d’un million de nouveaux abonnés.

Crédits : Parler, Inc.

Tandis que Donald Trump continue d’attiser les tensions concernant une soi-disant « fraude électorale », beaucoup d’Américains se détournent des réseaux sociaux majeurs, comme Twitter ou Facebook, qui luttent pourtant contre la désinformation pathologique de l’ancien président des États-Unis. Les citoyens en question réclameraient une plus grande liberté d’expression et une plateforme permettant d’exprimer des opinions parfois extrêmes. Âgé de moins d’un an, Parler – dont l’apparence rappelle à s’y méprendre celle de Twitter – a été créée dans cette optique. « Discutez librement et exprimez-vous ouvertement, sans avoir peur d’être ‘banni’ pour vos opinions propose le réseau social à ses utilisateurs. Et protégez-vous des dangers des autres grandes plateformes technologiques. » Aujourd’hui, cette promesse a semble-t-il séduit un nombre grandissant d’Américains.

The Verge a recensé près d’un million de téléchargements de l’application mobile (sous Android ou iOS) depuis le mardi 3 novembre, jour des élections présidentielles américaines – étendues jusqu’à samedi dernier, jour de la victoire de Joe Biden. Le dimanche 8 novembre aurait, à lui seul, attiré 636 000 nouveaux utilisateurs. L’appli Parler occuperait aujourd’hui la première position des classements des applications gratuites de l’App Store d’Apple et du Google Play Store, aux États-Unis. Selon le média américain, plusieurs personnalités ouvertement conservatrices ont incité leurs abonnés à s’inscrire sur Parler pour continuer à les suivre. L’une des publications les plus vues sur Parler est le partage d’un article sur de fausses « anomalies statistiques » concernant les votes pro-Biden. En France, Parler est privilégiée par le courant d’extrême droite. D’après le Huffington Post, l’ancienne députée Front national, Mario Maréchal-Le Pen, et des membres du groupe d’extrême droite, Génération Identitaire, dont certains comptes ont été supprimés sur Twitter s’y sont tous inscrits.

Sociologie du racisme
1 Commentaires
Sociologie du racisme
  • Collectif (Author)
  • 342 Pages - 11/07/2019 (Publication Date) - Editions Syllepse (Publisher)