TikTok : l’UFC Que Choisir porte plainte contre le réseau social

apps

Par Amandine Jonniaux le

Accusé de surexploiter les données de ses utilisateurs, de faire la promotion d’une monnaie virtuelle, et plus généralement de ne pas respecter le RGPD, TikTok se retrouve cette semaine dans le viseur de l’UFC Que Choisir. 

Image par Nitish Gupta de Pixabay

Alors que TikTok se débat déjà difficilement avec la justice américaine au sujet de sa politique de confidentialité, le réseau social chinois ne semble pas au bout de ses peines. En France cette fois, l’UFC Que Choisir vient d’officialiser un dépôt de plainte contre la plateforme. Une action menée conjointement avec d’autres associations européennes de protection des utilisateurs, et qui reproche plusieurs choses à TikTok.

Non conforme au RGPD

Premier reproche fait à TikTok : l’opacité de ses conditions générales d’utilisation. Selon l’UFC Que Choisir, ces dernières seraient en effet peu claires, et pour certaines en totale contradiction avec les lois européennes. Dans un communiqué, l’organisme de défense des consommateurs explique ainsi : “Très concrètement, TikTok se donne le droit de faire ce qu’il veut des vidéos publiées : les utiliser, les modifier, les reproduire sans que les utilisateurs n’aient leur mot à dire”. Une pratique illégale rappelle l’UFC Que Choisir, au même titre que le non-respect des directives du RGPD concernant les données personnelles des internautes.

Fausse monnaie, vrai profit

Autre point soulevé par l’UFC Que Choisir dans sa plainte contre TikTok, le système de monnaie virtuelle proposé par le réseau social pour permettre aux utilisateurs de “récompenser” les créateurs de contenu (moyennant une jolie commission pour la plateforme). “TikTok met tout en œuvre pour que l’utilisateur oublie qu’il s’agit d’argent réel”, estime cette fois l’UFC Que Choisir, avant de poursuivre : “Alors que la majorité des utilisateurs sont des mineurs, les associations de consommateurs européennes souhaitent lever le voile sur ces pratiques détestables qui incitent les adolescents à fournir de l’argent à leurs TikTokeurs préférés”. Enfin, et malgré les promesses de TikTok pour protéger ses plus jeunes utilisateurs, la plainte déposée cette semaine concerne aussi la modération souvent laxiste du réseau social envers ses contenus. En marge des vidéos hypersexualisées, des challenges dangereux ou des contenus parfois choquants, comme cette vidéo de suicide devenue virale sur le réseau, l’UFC Que Choisir espère cette fois mener une échelle à grande échelle sur les pratiques de TikTok, en obligeant une bonne fois pour toutes la plateforme à se conformer aux directives européennes.