Turquie : des milliers d’utilisateurs de cryptomonnaies victimes d’une énorme escroquerie

Business

Par Olivier le

Panique chez des milliers de possesseurs de cryptomonnaies en Turquie. Une des plus importantes plateformes d'achat et de gestion de bitcoins et autres actifs numériques est impliquée dans un vaste scandale.

Crédit : VIN JD, Pixabay

L’économie de la Turquie n’a pas attendu l’épidémie de Covid-19 pour être en difficulté, mais la situation a empiré à tel point qu’un grand nombre de Turcs ont décidé de placer une partie de leurs économies dans les cryptomonnaies. Rien qu’au mois de mars, l’inflation a dépassé les 16 % tandis que la livre turque, la monnaie du pays, poursuit son décrochage d’avec le dollar américain (-10 % au premier trimestre).

Scandale chez Thodex

Au vu du contexte économique, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les Turcs cherchent des solutions de repli pour conserver un minimum de pouvoir d’achat et d’épargne ! Mais pour beaucoup d’entre eux qui ont fait confiance à la plateforme Thodex, c’est la douche froide : 390.000 clients n’ont tout simplement plus l’accès à leurs comptes. Impossible donc de retirer les fonds…

Il existe deux versions à cette histoire. La première provient de Thodex, qui explique avoir été approché par plusieurs partenaires potentiels. Durant le temps des discussions, les dirigeants de la plateforme auraient décidé de suspendre les transactions, impactant non pas 390.000 clients, mais 30.000 seulement. Pas de quoi rassurer les personnes victimes.

L’autre version est plus trouble encore. Faruk Fatih Ozer, le fondateur de Thodex, aurait tout simplement pris la fuite avec la caisse sous le bras ! La somme est estimée à 2 milliards de dollars… Il se trouverait en Albanie. Dans un message sur Twitter, il tente de rassurer ses clients en annonçant qu’il veut rembourser sa dette et se livrer à la justice de son pays. Au vu des sommes en jeu, il risque de devenir l’homme le plus recherché au monde !

Quant au gouvernement turc, il a décidé de serrer la vis sur les transactions de cryptomonnaies : à compter du 30 avril, l’utilisation de ces actifs numériques sera interdit dans les paiements. Et une réglementation plus large est en cours d’élaboration.