PlayStation : vous jouez avec des joueurs d’autres plateformes ? Sony déteste ça

Business

Par Remi Lou le

Dans le cadre du procès qui oppose Epic Games à Apple, l’éditeur de Fortnite a fait quelques révélations au sujet de Sony et sur la raison qui l’a poussé à accepter le cross-play : la firme le fait payer aux développeurs.

© Kamil S / Unsplash

Pendant des années, Sony a lutté corps et âme contre le cross-play, fonctionnalité permettant de réunir des joueurs de différentes plateformes sur un seul et même jeu multijoueur. En 2018, par exemple, Microsoft et Nintendo s’alliaient pour présenter les avantages du cross-play dans une vidéo baptisée Better Together. 

Finalement, le constructeur nippon a officiellement ouvert les vannes du cross-play sur PlayStation le 4 octobre 2019, alors que ses concurrents le permettaient déjà depuis bien longtemps. Et si Sony a craqué, ce serait en raison d’un seul titre : Fortnite. En effet, le titre phare d’Epic Games était déjà jouable en cross-play depuis 2018 sur PlayStation, et c’était d’ailleurs le seul jeu qui permettrait cela sur la plateforme de Sony avant que cette fonction ne soit généralisée. Pourquoi Sony a finalement cédé ? 

La réponse se trouve dans les documents révélés par Epic Games dans le cadre de son procès qui l’oppose actuellement à Apple. Depuis des semaines, cette bataille juridique se montre plutôt riche en informations à mesure que les deux entreprises dévoilent leurs plans d’attaque, et, cette fois, Epic Games a choisi de révéler quelques anecdotes croustillantes au sujet de Sony. 

Epic Games voulait « faire passer Sony pour des héros » 

Dans ces documents, révélés par The Verge, on apprend que l’éditeur de Fortnite a lutté avec Sony afin de permettre le cross-play sur PlayStation 4. Afin de convaincre le constructeur japonais, Epic Games lui aurait même proposé de « faire passer Sony pour des héros » lors d’une annonce commune à l’E3, et même de créer du contenu inédit sur Fortnite pour les joueurs PlayStation. Sony a refusé en bloc, avant de céder quelques mois plus tard. 

Source : the Verge

Sony applique une redevance spécifique 

Si Sony a finalement accepté sa proposition, c’est n’est pas par plaisir. La firme a imposé une condition afin que les éditeurs puissent proposer le cross-play sur sa plateforme vidéoludique. Dans un document révélé lors du procès entre Epic Games et Apple, on apprend que Sony applique une redevance bien particulière sur les revenus issus de titres cross-play. 

Source : The Verge

Le président d’Epic Games, Tim Sweeney, l’a lui-même confirmé lors de son témoignage au procès : « Si quelqu’un joue principalement sur Playstation mais paye sur iPhone, alors cela pourrait déclencher une compensation » a-t-il expliqué, avant d’ajouter que « Sony est la seule plateforme à demander cette compensation. » L’arrivée du cross-play sur PlayStation en 2019, alors que la firme y était auparavant farouchement opposée, trouve donc un début de réponse.