La Chine annonce une série de lois visant à interdire le bitcoin

Le gouvernement chinois a annoncé ce mardi une nouvelle série de mesures visant à limiter l’utilisation du bitcoin. La cryptomonnaie est désormais bannie des institutions financières, des banques et des entreprises.

© Journal du Geek

Pékin ne voit pas le bitcoin d’un très bon œil. La Chine a décidé de prendre des mesures drastiques à l’encontre des monnaies non fiduciaires. Dans un récent communiqué gouvernemental émis par le Parti communiste, on peut ainsi lire : “Récemment, les prix des cryptomonnaies ont explosé puis chuté, et le trading spéculatif des cryptomonnaies a rebondi, menaçant sérieusement la sécurité de la propriété des personnes et perturbant l’ordre financier et économique normal”. Sans “réelle valeur” estime Pékin, les bitcoin, ethereum et consorts deviennent donc partiellement interdits sur le territoire.

Pas interdit, mais presque

Concrètement, les plateformes d’échange de monnaies crypto sont désormais interdites en Chine, et bannies des services commerciaux comme les banques, les entreprises ou les institutions financières. Les particuliers, en revanche, conservent le droit de posséder des cryptomonnaies. À noter que les tentatives d’interdiction du bitcoin ne sont pas nouvelles dans le pays. En 2017, le minage avait été prohibé via une série de mesure qui n’avait finalement jamais été appliquée par Pékin. Aujourd’hui, la Chine est le pays où l’on trouve le plus de mineurs.

À l’internationale, cette annonce a provoqué une nouvelle chute du bitcoin, qui s’était péniblement relevé après une semaine noire, où la devise avait perdu 40% de sa valeur (passant de 60 000 $ à 40 000 $). Selon certains analystes, la défiance de Pékin vis-à-vis du bitcoin pourrait s’expliquer par un projet de créer sa propre devise non fiduciaire, au même titre que l’Inde qui a déjà opéré des démarches en ce sens. De plus, l’interdiction des cryptomonnaies pourrait aussi permettre au Parti de reprendre le contrôle sur le marché financier du pays.

Source: Reuters