Critique

Critique de Mortal Kombat : une écrasante défaite

Vingt-quatre ans après la dernière apparition d'un Mortal Kombat sur grand écran, la Warner ressuscite la licence avec une promesse : celle de nous offrir enfin une adaptation fidèle au jeu vidéo qui plaira aussi aux non-initiés. Pour citer une célèbre réplique de Hot Shots ! : « T'aurais tort de signer un chèque si t'as pas de fric en caisse ! ».

Affiche du film "Mortal Kombat"
© 2021 Atomic Monster − Tous droits réservés.

Concurrent historique de Street Fighter, Mortal Kombat a construit sa réputation auprès du grand public sur un élément-clé : ses achèvements brutaux et sanglants. Autrement dit, si on veut adapter un minimum correctement ce jeu de combat au cinéma, il n’y a pas le choix : il faut que ça soit gore. Dans cette logique, le premier film adapté de la franchise, sorti en 1995, par Paul W.S. Anderson n’a pas franchement plu aux fans avec son ton très familial.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Sauf qu’avec le temps, ce premier portage a trouvé son public qui voit finalement une adaptation légèrement ringarde, limite parodique, mais qui s’assume pleinement comme le pur produit des années 90 qu’elle est, tirée d’une franchise qui n’a jamais eu peur de jouer sur le grotesque. Pas un film réussi, mais pas un film raté et au final un plaisir régressif de voir les personnages prendre vie et se balancer autant de tatanes que de punchlines. Et puis Christophe Lambert incarnant un Raiden en roue libre et le thème Technosyndrome ont vite atteint une aura, disons-le, de culte pour toute une génération. Oui, on est nous-mêmes de fervent défenseurs de ce long-métrage et oui, on renie entièrement l’existence de sa suite.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Cette longue mise au point sur l’œuvre du papa du triste Monster Hunter nous semblait essentielle pour introduire le sujet qui nous intéresse : la toute dernière adaptation estampillée « plus fidèle » censée réconcilier tout le monde, fans ou non.

Pas le Mortal Kombat qu’on espérait

Les plus grands guerriers de la Terre sont amenés à se réunir autour du descendant d’Hanzo Hasashi (Scorpion) à l’aube d’un tournoi qui décidera du sort de l’humanité. Voici pour le fil rouge principal et désolé pour ce que vous pensez être une grosse révélation autour de la filiation, mais c’est littéralement écrit lors de l’introduction du film.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Autre point essentiel de l’intrigue qui n’aura pas son importance : le fameux tournoi. Dans le premier jeu, celui-ci n’est pas un simple élément de l’histoire, c’est l’histoire ! Pas de Mortal Kombat sans tournoi. Enfin, c’est ce qu’on croyait.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

La Warner semble voir grand pour cette relance de l’univers puisque ce long-métrage n’est qu’un préquel au récit tel qu’on le connaît. Une mise en bouche d’un peu moins de deux heures pour nous faire patienter jusqu’au film suivant qui annonce le début du tournoi. On a légèrement l’impression qu’il y a tromperie sur la marchandise. Néanmoins, ce pari risqué peut se défendre s’il sert à bien introduire les personnages, leurs motivations et leurs relations afin qu’on s’implique davantage dans leurs futurs combats.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Dommage que la mise en pratique soit totalement ratée. Rien ne ressort de concret au générique final. Les héros sont fades, à part Sub-Zero et Kabal les méchants restent anecdotiques, quant au personnage inédit, Cole Young, il n’apporte rien qu’une autre figure populaire des jeux n’aurait pu accomplir, en mieux. Mention spéciale à un Raiden en état de mort cérébral. Reste Kano, véritable bonne surprise du film qui a droit aux meilleures scènes. Si, en tant que fan, on nous avait dit qu’un jour, il serait le sauveur de Mortal Kombat…

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Toutefois, s’il y a bien une partie où le film ne se loupe pas sur son cahier des charges, c’est le fameux effet gore. Comme si toute l’entreprise s’était focalisée sur la réussite de ce seul projet, les amateurs retrouveront tous les coups iconiques, les répliques cultes – même énoncées en voix-off parce qu’aucune autre personne n’aurait pu le dire de façon crédible – et les célèbres fatalités. Ces dernières sont particulièrement jouissives quand le chapeau de Kung Lao s’en mêle. Bref, si pour faire un bon film Mortal Kombat il suffisait uniquement de produire des fins de combats sanguinolentes, alors cette version 2021 est une réussite. Amusant de constater que l’un des gros points manquants du film de 95 est l’un des seuls points présents de celui-ci.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Pas le film qu’on espérait non plus

Reste à savoir si, une fois le respect du jeu mis de côté, le film pouvait se suffire à lui-même. Malheureusement à ce niveau c’est une véritable catastrophe.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Pour reprendre le scénario de base, pourtant, encore une fois, assez simple, il prend ici des chemins beaucoup trop complexes. Chaque nouveau personnage arrivant à l’écran va ainsi donner un des éléments de l’intrigue, comme si c’était presque une récompense pour être arrivé jusque-là ou que si, dans le cas contraire, il n’avait aucune raison d’être. Ce qui est d’ailleurs le cas au passage. D’autant que ces éléments n’ont rien de difficile et il suffirait que Raiden décide de réunir des guerriers en leur expliquant le pourquoi du comment en route pour rendre le tout plus fluide. Mais il préfère se croire mieux que Christophe Lambert.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

À aucun moment le film ne semble vouloir s’amuser avec son univers, pourtant pensé comme un coffre à jouets pour adultes. Tout y est premier degré alors que l’ensemble baigne dans le n’importe quoi. La franchise a toujours assumé son absurdité et ses faits comme admis, ici on tente de les expliquer, de leur offrir une cohérence, un réalisme. Sauf que ça ne tient pas ; ça ne peut pas tenir vu le matériel de base. Dès lors tout devient poussif, maladroit, ridicule malgré lui.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

On note aussi des dialogues navrants et des acteurs sans charisme. On a souvent l’impression de voir des fans amateurs en cosplay récitant leurs lignes dans deux pauvres décors et luttant avec des effets-spéciaux au budget vacillant. Quitte à obtenir ce résultat, on vous conseille la web-série Mortal Kombat : Legacy, bien plus plaisante à regarder.

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Enfin, puisque tout à l’heure nous parlions du respect autour de Mortal, un mot sur le côté Kombat. À une époque où des films comme John Wick ou The Raid prouvent qu’on peut obtenir des échanges de civilités quasi parfaits pour peu qu’on ait des acteurs investis et un sens du montage laissant s’exprimer les coups, pourquoi nous infliger ce film ?

Copyright: © 2021 Warner Bros. Entertainment Inc. All Rights Reserved. Photo Credit: Courtesy Warner Bros. Pictures

Une fois passée les deux belles séquences entre Joe Taslim (Sub-Zero) et Hiroyuki Sanada (Scorpion), deux acteurs ayant une formation martiale, le réalisateur Simon McQuoid, dont c’est le premier film, passe son temps à découper ses combats comme pour cacher le manque d’énergie de ces derniers. C’est trop rapide, trop mou et s’il n’y avait pas les fatalités on les aurait déjà oublié. Comme le film d’ailleurs.

Cette nouvelle adaptation du jeu vidéo culte, sera disponible le 12 mai à l’achat digital mais Warner Bros., n’exclue pas une sortie ultérieure au cinéma.

Notre avis

Fauché, mal écrit, mal joué, ce Mortal Kombat n'a pour lui que la moitié du titre, sauvant les meubles par son déluge d'hémoglobine numérique et son absence de temps mort. On se console en se disant que le meilleur reste (normalement) à venir avec la suite, mais a-t-on vraiment envie de répondre présent ? Face à une œuvre qui n'a pour elle que d'être meilleure que Mortal Kombat : Destruction finale (1997), pas sûr...

L'avis du Journal du Geek :