Critique

[Critique] En Avant : un faux pas pour Pixar ?

Cinéma

Par Julie Hay le

Dans la banlieue d’un univers magique, deux frères se lancent dans une quête extraordinaire pour ramener leur père à la vie. Ian et Barley vont devoir affronter tous les dangers et unir leurs forces pour parvenir à leurs fins.

Crédits : Disney-Pixar

Avec ce long-métrage, Pixar fait le pari de confronter la magie et la modernité en nous plongeant au cœur d’une aventure fantastique inédite. Les studios avares en scénarios originaux n’avaient dévoilé que des suites depuis Coco, il est désormais l’heure d’entrer dans un nouvel univers. Cette fois-ci, il faudra se tourner du côté de la fantasy, un terrain de jeu que la maison mère de Toy Story n’a encore jamais exploré. Co-production Disney oblige, les studios ont débauché deux stars Marvel pour incarner les personnages principaux : Tom Holland et Chris Pratt. Ceux qui interprètent respectivement Spider-Man et Star Lord pour la maison des idées se donnent une nouvelle fois la réplique, pour un dessin animé touchant et drôle.

Dans les pas de Coco

La particularité des films Pixar réside dans la capacité du scénario à interroger aussi bien les enfants que les adultes les accompagnant. Parfois, les long-métrages surpassent même leur dimension divertissante pour devenir des chefs d’œuvre de poésie. Dans En avant, Dan Scanlon s’attaque à des thématiques déjà explorées par les studios, comme celle de la famille et du passage à l’âge adulte. L’intrigue s’intéressera à la fraternité qui unie nos personnages, et c’est ce qui sera moteur de l’action. Ian, qui vient d’avoir 16 ans, se retrouve confronté à des pouvoirs qu’il n’imaginait pas posséder. Il va devoir apprendre à s’en servir aux côtés de son frère aîné, passionné par la sorcellerie et les jeux de rôles. Le film introduit aussi les notions de deuil et de paternité, si chères aux productions Pixar. Mais voilà, si Coco ou Là-haut nous bouleversaient par leur poésie, le discours d’En avant reste trop naïf pour ravir nos âmes de grands enfants. Le récit se perd dans des schémas déjà épuisés par le genre et ne s’attache pas assez à développer la double lecture si caractéristique chez Pixar. Les champs de réflexion restent malheureusement trop en surface pour qu’un public plus adulte y trouve son compte. La fable fantastique aurait finalement plus sa place dans le catalogue Disney, qui ne se cache pas être essentiellement destiné à un public jeune. L’estampillage Pixar laissait présager d’une œuvre plus aboutie, mais qui n’en est pas moins intéressante.

Crédits : Disney-Pixar

L’aventure est au bout du chemin

Inspiré par la vie du scénariste, En avant est tout de même un bel hommage à la fantasy et aux dessins animés d’aventures. À plusieurs reprises, le film fera des références plus ou moins appuyées à Donjons et dragons, et parfois même au Seigneur des Anneaux. La construction du récit est d’ailleurs très similaire à ce qui se fait dans la fantasy, même si le scénario n’est pas exempt de défauts. L’aventure est au cœur du récit et c’est assez réussi pour être souligné. On retrouvera la notion de quête, si particulière au genre. Mais malheureusement, le rythme de cette épopée est parfois trop effréné et les enjeux trop rapidement désamorcés pour tenir le spectateur en haleine.

Pour ce qui est de l’animation, Pixar sait décidément y faire. Le studio, qui n’a que très rarement mis des humains au cœur de ses récits, est parvenu à créer des personnages identifiables et foncièrement attachants. L’univers est savamment construit, et, sans être une claque visuelle, En Avant peut tout de même trôner fièrement aux côtés des chefs d’œuvres Pixar. Le style graphique et la direction artistique sont savamment maîtrisés dans ce long-métrage. Côté musique, Pixar fait encore une fois les bons choix et fait confiance à Jeff et Mychael Dann pour mener la barque. Doux mélange entre sonorité épique et poétique, la bande-sonore est, sans conteste, une grande réussite.

Malgré ses défauts, le film reste une très bonne surprise, dont la douceur et la sincérité raviront les petits et les grands. L’originalité du propos saura toucher le cœur des amateurs du genre, en témoigne la larme qui perlait le long de notre joue.

Notre avis

En avant raconte la touchante aventure de deux frères, dans un monde où la magie n’est plus qu’un souvenir. En abordant la paternité et le deuil, le récit réussit à nous emporter en son cœur. Si, dans l’exécution, tout n’est pas parfait, ne reste que le sentiment d’avoir passé un bon moment. Dan Scanlon nous aura fait pleurer…

L'avis du Journal du Geek :