Critique

[Critique] V Wars : que vaut la série vampirique de Netflix ?

Série

Par marie le

Netflix a officiellement sorti le 5 décembre dernier sa série vampirique : V Wars. La guerre entre humains et vampires est déclarée sur la plateforme. Attentions aux crocs. On a regardé la totalité de la première saison, voilà ce qu’on en a pensé.

Entre l’arrivée de la mini-série Dracula et la prochaine série française Vampires en 2020, Netflix se montre plutôt friand des buveurs de sang. La plateforme nous a mis dans le bain dès le 5 décembre dernier avec sa série V Wars. La série, créée par William Laurin et Glenn Davis place en tête d’affiche l’acteur Ian Somerhalder (également un des producteurs de V Wars). Celui qui a incarné Damon Salvatore pendant près de 7 ans dans la série Vampire Diaries reste fidèle au monde des créatures de la nuit pour cette nouvelle production.

La série est adaptée du comic book signé Jonathan Maberry. L’auteur offre un nouveau regard sur le vampire. V Wars s’éloigne des légendes traditionnelles des buveurs de sang pour créer sa propre mythologie. Autant vous dire qu’ici, les vampires ne brillent pas au soleil comme on a pu le voir dans la saga (un peu trop) romantique Twilight. Ils ne portent pas non plus une bague de résurrection comme dans Vampire Diaries. et oubliez la Transylvanie, le comte Dracula, les crucifix et les pieux dans le cœur. Dans cette nouvelle série V Wars, on devient vampire d’une toute autre manière.

V Wars : V pour Vampire ou Virus…

Nous sommes à New York, loin des mythes et du fantastique. Un mystérieux et terrible virus, résidant dans la glace polaire, est accidentellement libéré par des chercheurs. Cette nouvelle maladie extrêmement contagieuse se transmet rapidement et facilement. Les individus contaminés développent certaines capacités surhumaines…mais surtout, ils veulent se nourrir de sang humain. Le Dr. Luther Swann cherche à comprendre ce nouveau virus. Mais les choses se compliquent pour lui lorsque son meilleur ami Michael Fayne (Adrian Holmes) entre en contact avec la maladie. Les victimes de cette épidémie deviennent les “Bloods”, une nouvelle race qui s’agrandit de plus en plus. Le gouvernement américains décide de prendre des mesures radicales pour combattre ce “mal” qui vient de naître. Luther de son côté cherche un moyen de combattre le virus et d’affronter parallèlement un gouvernement extrême, voir totalitaire.

William Laurin et Glenn Davis présentent à l’écran une guerre entre humains et vampires sur 10 épisodes. Et le programme est plutôt une bonne surprise. V Wars, sur le papier comme à l’écran, propose un feuilleton devant lequel on ne s’ennuie pas. Nous sommes très loin de l’histoire d’amour entre un vampire et une mortelle comme nous avons pu le voir dans Vampire Diaries ou True Blood. A travers la figure du buveur de sang, la série nous parle de la société et se penche sur la question du “vivre ensemble”. “Mes amis et moi même, nous ne sommes pas des terroristes. nous avons autant le droit de vivre que vous” fait valoir Michael Fayne. La guerre n’oppose pas seulement les humains et les vampires mais le bien et le mal en général. Chaque individu, contaminé ou non, choisi son propre camp. Et le gouvernement se révèle parfois plus extrême que les vampires eux-mêmes, remettant en question la nature du réel “monstre”.

Une série B plutôt séduisante

Contrairement à la mini-série Dracula, prochainement sur Netflix, dans V Wars, le sang ne coule pas à flot. Le série n’abuse pas des effets spéciaux et ne propose pas du gore extrême. Dans sa structure, elle s’apparente plus à un téléfilm à petit budget. Dotée d’une BO plutôt bien choisie, la série n’est pas un chef d’oeuvre (et ne prétend pas en être un) mais elle est efficace, originale et indéniablement prenante. On ne dit pas non à une suite.

Netflix n’a pas encore confirmé l’arrivée d’une deuxième saison, même si l’acteur Ian Somerhalder a montré son intérêt : “je suis ravi de présenter cette première saison, parce que je sais ce qu’il va arriver dans les saisons suivantes, tout ce qu’on a prévu. Ça va être carrément énorme. Vraiment !” On croise les doigts car on en reprendrait bien un croc.

Notre avis

William Laurin et Glenn Davis ont créé une série honnête qui ne cherche pas à nous assommer avec du gore gratuit. Le vampire est mis en scène de manière novatrice et originale. V Wars n'est pas un chef d'oeuvre mais c'est une série B efficace et indéniablement prenante.

L'avis du Journal du Geek :