Dossier

[De l’E3 à TF1] Découvrez Celestory, l’outil de création de jeux narratifs qui a tapé dans l’œil de la première chaîne

Par Corentin le

Quand j’ai rencontré Pierre Lacombe pour la première fois, c’était dans la salle presse du Convention Center à Los Angeles à l’occasion de l’E3 2015. C’était bien la peine de parcourir la moitié de la planète pour rencontrer ce Français ultra enthousiaste qui voulait absolument me parler de son concept de jeux narratifs entre deux présentations. À ce moment-là, la chose s’appelait Audigame et le concept était simple et intéressant : permettre aux utilisateurs de smartphones d’écouter des histoires audio interactives.

Pour valider ses choix, de nombreuses possibilités s’offraient alors à nous. On pouvait sélectionner son choix directement sur l’écran de son smartphone (l’écran se divisant en deux grandes cases résumant les options du joueur), depuis sa smartwatch si on en a une, mais également grâce aux boutons + et – du cordon de ses écouteurs. Je vous avoue que c’est surtout ça qui avait piqué ma curiosité. Parce qu’au fond, si on n’a pas tous une smartwatch à 300 balles, on a tous ces fichus boutons rattachés à ses écouteurs. Cerise sur le gâteau, l’application vous laissait la possibilité de construire vous-même vos propres histoires et de les publier sur une plateforme dédiée.

Bastille Audigame

C’est dans le brouhaha de la Paris Games Week de la même année que j’ai réellement pu essayer un « Audigame ». Pierre, toujours enthousiaste quant à son concept, me fait essayer une histoire dans laquelle j’incarne un personnage essayant de s’évader de la Bastille en plein 14 juillet 1789. Le tout est bien réalisé, les bruitages sont convaincants, le jeu d’acteur à la hauteur. Je me dis que si ça n’allait pas nécessairement toucher un public « gamer », ça pourrait en toucher un peu plus large. Le genre qui peut lire une œuvre en voiture grâce à un audio-livre. En discutant avec Pierre du public visé par son application, il m’explique que bientôt, il allait peut-être obtenir le soutien de TF1 pour son projet.

Pardon ? TF1 ? Depuis quand la première chaîne d’Europe soutient-elle ce genre d’initiative ? Dans les faits, à la fin de l’été 2015, le groupe TF1 a ouvert les candidatures pour un nouvel incubateur de start-up. L’idée est de faire converger les nouvelles technologies proposées par ces entreprises innovantes pour diversifier les activités du groupe tout en faisant écho avec son cœur de métier, les médias. En janvier 2016 les résultats tombent, Pierre et son équipe, connus maintenant sous le nom de Celestory, remportent la première place. Concrètement, cela signifie que le projet et son développement seront hébergés directement dans les locaux de la chaîne, à Boulogne-Billancourt. Une aubaine. Pierre m’a invité à venir de nouveau le voir, cette fois dans un grand bâtiment de verre, pour constater l’évolution du projet.

Celestory team