Dossier

[On joue à des jeux de société – épisode 25] Sea, games and sun…

Jeux-Video

Par Feel le

Pour certain(e)s d’entre vous, c’est les vacances. Et qui dit vacances, dit (souvent) voyage. Et qui dit voyage, dit (presque aussi souvent) déception et temps pourri. Du coup, comme nous sommes prévoyants et vraiment sympas, nous vous avons concocté une petite sélection de jeux au mini-format, qui entreront aisément dans une poche et que vous pourrez facilement sortir dans le train (sauf si vous voyagez debout en Ouigo, mais vous n’aviez qu’à pas être pauvre).

HubyWoky

 Fiche d’identité : 

  • Auteurs : Cédric Sanchez & Matthieu Perreard
  • Illustrateur : Olivier Pelletier
  • Éditeur : Hubvious
  • Genre de jeu : Cartes, Jeu à collectionner
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 3 / 8+ / 10min
  • Date de sortie : Janvier 2018
  • Prix conseillé : 19€

Vous aimez les Pokémon ? Vous allez certainement apprécier l’univers d’HubyWoky. Jeu d’affrontement à collectionner, il vous permet de créer des armées de petits monstres pour aller coller des peignées à vos potes. L’originalité vient des cartes triangulaires, qui proposent une valeur et une couleur différente à chaque angle. Au début d’un affrontement, les joueurs définissent une couleur pour le combat ; vous jouerez donc votre carte sur cette couleur. Tant mieux pour vous si c’était justement le point fort de votre monstre, et tant pis pour vous si… enfin vous avez compris.

Avant le début des affrontements, chaque joueur constitue deux à trois piles de monstres, faces cachées, que vous placez tous en hexagone. Puis, pour vous battre, rien de plus simple : comparez les puissances des monstres qui se font face et choisissez celui qui attaque. Le plus faible est défaussé, révélant parfois un power-up pouvant changer la donne. Rien n’est donc jamais joué et les parties s’enchaînent sans jamais se ressembler.HubyWoky est fun, rapide et plutôt joli, ce qui ne gâche rien.

On aime :

  • Le format original
  • Le design des monstres
  • Les boosters, qui renouvellent les parties

Smash Up : Rois du Japon 

Fiche d’identité :

  • Auteur : Paul Petersen
  • Illustrateur : Edu Torres & Marcel Stobinsky
  • Éditeur : Iello
  • Genre de jeu : Cartes, affrontement, deckbuilding
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 4 / 12+ / 45min
  • Date de sortie : Juin 2018
  • Prix conseillé : 15€

Nous vous présentions Smash Up dans l’un des premiers épisodes de cette rubrique. Voici aujourd’hui sa dernière extension en date : Rois du Japon. Au programme, quatre nouvelles factions, qui reprennent toutes des essentiels de la culture pop japonaise, à savoir les Magical Girls (Gigi, Honey Cutey, Sailor Moon…), les Pocket Monsters (Digimon, Pokémon…), les Sentai (Jetman, Bioman, Power Rangers chez nous…) et les Kaiju, ces monstres gigantesques comme Godzilla, Gamera ou encore Mothra la mite géante. Autant dire que si vous êtes fans de ce pan culturel du Japon, vous allez avoir les mains moites (pensez à sleever vos cartes, du coup, sinon c’est dégueulasse).

Mais Rois du Japon apporte aussi une nouveauté, à savoir les Titans, sortes de monstres gargantuesques que vous pouvez placer sur des bases pour bénéficier d’effets bonus. Que du bonheur.

On aime :

  • Les Titans, nouvel élément qui apporte de la fraîcheur au gameplay de Smash Up
  • Des Kaijus et des Sentai. C’est juste l’extension faite pour nous.
  • La bagarre !

Cubirds

Fiche d’identité :

  • Auteur : Stefan Alexander
  • Éditeur : Catch Up Games
  • Genre de jeu : Cartes
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 5 / 8+ / 20min
  • Date de sortie : Mai 2018
  • Prix conseillé : 15€

Quand nous avons reçu Cubirds, une première chose nous a frappés : l’esthétique de la boite. Puis, à l’ouverture, ce sentiment agréable a continué. « C’est vachement joli ! » La question était alors de savoir si Cubirds allait être aussi sympa à jouer qu’il l’était à regarder. Réponse au prochain épiso… nan, j’déconne. Disons-le tout de suite, oui, Cubirds est un jeu fort sympathique dont le but pour l’emporter est soit de récolter deux espèces d’au moins trois oiseaux chacune, soit sept espèces différentes.

Les jeux qui proposent plusieurs façons de l’emporter sont généralement riches en stratégies et en possibilités, et Cubirds ne faillit pas sur ce point. Utilisez les oiseaux que vous avez en main en les posant sur des clôtures pour en chasser d’autres, que vous récupérez par la même occasion. Constituez des groupes rapides ou prenez le risque de tenter d’accumuler plus d’oiseaux, mais attention à vos adversaires, car le premier qui vide sa main met fin au tour de jeu, forçant tous les joueurs à se défausser de leur main entière.

Au final et après plusieurs parties, une chose est évidente : Cubirds est un peu trop addictif. Mais en vrai c’est bien.

On aime :

  • Esthétiquement très réussi
  • Aisément jouable en famille
  • Tactique, mais pas non plus mathématique

Peanut Club 

Fiche d’identité :

  • Auteur : Henri Kermarrec
  • Illustrateur : Kevin de Castro & Gray Shuko
  • Éditeur : Lumberjacks
  • Genre de jeu : Enchères, cartes, beau bordel
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 3 à 6 / 8+ / 20min
  • Date de sortie : Juillet 2018
  • Prix conseillé : 22€

Autant le dire tout de suite, on aime beaucoup les jeux Lumberjacks. Et clairement, Peanut Club ne déroge pas à cette règle. Jeu d’enchères délirantes absolument génial, Peanut Club vous propose d’enchérir à base de cacahuètes, de chameaux et de millions de dollars pour faire l’acquisition d’objets tous plus dingues les uns que les autres (Un puissance 1, qui nous a fait rire aux larmes, une Delorean, un Yacht en orbite, dont la légende nous a tués, etc.).

Chacune des trois valeurs d’enchère est placée en début de partie dans un ordre d’importance défini au hasard et chaque participant(e) dispose de nombreux pouvoirs permettant d’influer sur le cours de la partie : payer avec une ressource différente, inverser les cours des valeurs, empêcher l’utilisation d’une valeur, etc.

Les tours de jeux se font en simultané, à la criée, le plus souvent dans l’hilarité générale. Oui, car Peanut Club n’est pas seulement un très bon jeu, il est aussi très fun et relativement stratégique. Il faudra en effet bien gérer son argent pour réaliser les meilleurs combos possible, en multipliant les symboles identiques entre les différents objets que vous remporterez aux enchères, et ainsi booster vos points de victoire. En bref, un gros coup de cœur.

On aime :

  • Certaines cartes qui tiennent du génie.
  • Le concept fun, simple mais original

 

Smile

Fiche d’identité :

  • Auteur : Michael Schacht
  • Illustrateur : Atha Kanaani
  • Éditeur : Z-Man Games
  • Genre de jeu : Cartes
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 3 à 5 / 8+ / 15’+
  • Date de sortie : Mars 2018
  • Prix conseillé : 20€

Voilà des années que vous collectionnez des petites créatures mignonnes, telle une folle aux chats, excepté que les vôtres ressemblent plus à des critters qu’à des chatons. Seulement voilà, tous vos critters se sont enfuis ! Heureusement pour vous, vous avez en main un petit paquet de lucioles, que vous allez utiliser pour tenter d’attirer vos petits monstres. Tour à tour, les joueurs vont donc jouer des lucioles sur les petits monstres posés au centre de la table (toujours sur celui avec la plus petite valeur). Quand vient votre tour, vous avez le choix entre poser vous aussi une luciole ou ramasser la carte la plus basse, ce qui vous sort de la manche actuelle. Une fois que tout le monde a récupéré un petit monstre (je ne parle pas de vos petits neveux), la manche prend fin.

Évitez les cartes à valeur négative et faites tout votre possible pour récupérer celles à valeur positive. Classique ? Oui. Mais un élément de gameplay innovant et très intéressant fait que si vous vous retrouvez avec deux cartes de la même couleur dans votre stock, vous devez les défausser toutes les deux. Si cela peut être très punitif s’il s’agit de deux cartes rapportant beaucoup de points, c’est par contre une excellente façon de vous débarrasser d’une carte de valeur négative.

Smile est facile à prendre en main, à comprendre et à expliquer, et est aussi agréable à jouer qu’il est joli.

On aime :

  • C’est beau !
  • La mécanique originale

What’s Up 

Fiche d’identité :

  • Auteur : Jean-Claude Pellin & Dennis Kirps
  • Éditeur : Boom Boom Games
  • Genre de jeu : Cartes
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 4 / 8+ / 20min
  • Date de sortie : Juin 2016
  • Prix conseillé : 10€

What’s Up est un de ces petits jeux frais et mignons qu’on a envie d’avoir constamment dans son sac ou sa poche de veste, pour le sortir en toute occasion.

Le but est très simple, en récupérant des cartes oiseaux placées au centre de la table, vous allez devoir constituer des séries de 1, 2 et 3 oiseaux de chaque couleur. Tout l’intérêt du jeu réside dans un principe très simple : chaque carte est recto verso et vous devez la retourner pour voir si vous pouvez la prendre. Cette mécanique répond à une logique très simple : si une carte contient par exemple un seul oiseau rouge sur son recto, son verso contiendra obligatoirement soit un seul oiseau d’une autre couleur, soit deux ou trois oiseaux rouges. Autant dire que votre mémoire va être mise à rude épreuve, surtout quand on sait que les séries d’oiseaux doivent être constituées de façon croissante.

Pire (ou mieux, c’est selon), dans la variante experte, vous pouvez déplacer la carte que vous venez de retourner ailleurs sur la table, complexifiant d’autant plus la mémorisation pour tous les joueurs. Un régal.

On aime :

  • Faire travailler sa mémoire
  • Le côté fourbe de la variante expert

Scare It

Fiche d’identité :

  • Auteur : Adrian Dinu
  • Illustratrice : Magdalena Markowska
  • Éditeur : Boom Boom Games
  • Genre de jeu : Cartes
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 8 / 8+ / 15min+
  • Date de sortie : Février 2018
  • Prix conseillé : 10€

Pensé comme un puzzle game qu’on trouverait sur sa console ou son smartphone, Scare It! Est un petit jeu de cartes original et rapide à jouer, dans lequel le but est d’effrayer certains animaux de sorte à marquer le plus de points possible. Reprenant le principe du shifumi pour les valeurs desdits animaux (un éléphant qui fait peur au chien, qui fait peur au chat, qui fait peur à la souris, qui fait peur à l’éléphant), vous allez, tour à tour, choisir un animal sur la grille de jeu et le faire effrayer un animal adjacent. L’animal effrayé est retiré de la partie (évitez quand même de jeter la carte, ça peut nuire à la rejouabilité) et celui qui lui a fait peur peut prendre sa place, ou rester où il est. Puis, toutes les cartes présentes au-dessus descendent (comme des pièces d’un Tetris).

Le twist vient du fait qu’en début de partie, chaque joueur se voit remettre face cachée un type d’animal et une couleur, qu’il est le seul à connaître. À la fin, chaque animal de ce type et chaque animal de cette couleur encore présent sur le plateau lui rapporteront un point. Il va donc falloir effrayer stratégiquement, d’une pour ne pas vous faire griller et de deux pour ne pas vous retrouver rapidement dépourvu. Très fun.

On aime :

  • Le côté jeu vidéo
  • Ça s’explique en trente secondes
  • De la stratégie light

Amun-Re le jeu de cartes

Fiche d’identité :

  • Auteur : Reiner Knizia
  • Illustrateur : Gaël Lannurien
  • Éditeur : Super Meeple
  • Genre de jeu : Cartes, gestion
  • Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 5 / 12+ / 45min
  • Date de sortie : Octobre 2017
  • Prix conseillé : 20€

Plutôt connu pour leurs jeux de plateaux au superbe matériel, Super Meeple nous propose aujourd’hui un jeu de cartes dans l’univers d’Amun-Re. Surprenant au premier abord, cette version « jeu de cartes » s’avère bien pratique pour pouvoir transporter facilement un peu de l’univers de Super Meeple. Non, parce que si poser les temples de Tikal sur le sable de la plage c’est chouette visuellement, pour jouer, c’est pas hyper pratique.

Amun-Re le jeu de cartes nous propose donc de prendre la tête des meilleures provinces d’Égypte, d’y construire les plus belles pyramides (enfin ça, vos esclaves s’en chargeront pour vous), et d’enchaîner les points de victoire. Doté d’un système de gestion monétaire très astucieux, Amun-Re se base sur un système d’enchères à l’aide de cartes présentées faces visibles. Il va donc falloir faire preuve de déduction et de logique, pour lire en vos adversaires comme en des papyrus déroulés.

Au final, c’est une très bonne surprise à laquelle on rejoue aisément et avec plaisir.

On aime :

  • Du Super Meeple qui tient dans la poche
  • Le système d’enchères à valeurs visibles, innovant
  • La déduction perpétuelle qui casse la tête
  • Les enchères collectives de la seconde phase de jeu