Dossier

[Sélection] PS4 : Les exclusivités indispensables de la console (au 09/05/2017)

Par Redac JDGa le

Ici résidera notre sélection des jeux PS4 que l’on juge indispensables. Nous actualiserons régulièrement nos recommandations quand un nouvel entrant satisfera à nos critères d’intérêt. N’hésitez pas à nous suggérer, dans les commentaires, des titres qu’on aurait oubliés !

Nioh – Février 2017

Ronin anonyme cachant sous son sugegasa un samouraï de renom, Nioh trompe son monde en faisant montre de suivre docilement Dark Souls. Bien plus proche de ses frères d’armes Ninja Gaiden, il ne se sert de la progression die & retry de la série de From Software que comme remède à la frustration. La progression est constante, le mur de difficulté lui aussi, mais l’apport de compétences toujours plus utiles parvient à casser une certaine envie de tout balancer et d’aller passer sa haine sur des innocents. Surtout, le gameplay dispose de cette once subtile de technicité qui pousse à s’améliorer, non pas pour l’emporter, mais pour se sentir maître de son propre style. Un moment de plaisir à la fois sensuel d’arcade et réfléchi de « simulation ». Mais Nioh dissimule aussi des cadavres dans ses placards avec sa surabondance de loot qui oblige à du tri laborieux, une interface imbitable, des boss qui sont plus bêtement injustes que complexes et une réalisation à la ramasse. À croire que le genre veut ça.

8/10 chez nous

Horizon Zero Dawn – Février 2017

Horizon Zero Dawn est bien plus que la promesse annoncée il y a deux ans. Le jeu de Guerrilla Games est une réussite en tous points qui vous fera passer de nombreuses heures devant votre PS4. Somptueux, notamment sur la console Pro de Sony, le jeu est une vitrine technologique mais pas que. Doté d’un monde ouvert vivant, d’un scénario intriguant et de personnages charismatiques, il réussit là où d’autres n’avaient pas rempli la totalité du contrat. Un must-have à consommer sans modération.

9/10 chez nous

Persona 5 – Avril 2017

Malgré un côté RPG à la papa impliquant un grinding qui ne devrait plus exister et un enrobage peut-être trop proche de Persona 4, Persona 5 est un monument. Zone d’expression totale et témoignage intelligent sur la société actuelle japonaise, le titre d’Atlus n’est pas qu’un révélateur social et politique, il est surtout l’histoire de jeunes rebelles débordant d’humanité. Attachants, mais loin d’être réglo ou équilibrés, ils ont cette fougue nécessaire qui s’étend sur tous les aspects du jeu, de la bande-son acide et jazzy à la DA explosive : tout respire la volonté d’éclater les codes. Écrit avec talent, Persona 5 s’adapte à son époque avec une rage évidente. Offrant un challenge costaud et un contenu aussi lourd qu’un cartable d’écolier, il est de la même trempe que la vague Persona 4 à l’époque. Un RPG d’un très haut niveau qui arrive dans un moment sinistré afin de redonner confiance au genre. Et même si Nier Automata a déjà bien fait le boulot, Persona 5 cimente l’une des plus belles réalisations du genre actuelles.

9/10 chez nous