Test

Impressions : From Dust

Par François le

Il est des jeux qui font grandir… From Dust est définitivement de ceux-la… Le nouveau jeu d’Eric Chahi (Another World, Heart of Darkness…) est un god game. Une fois que l’on a dit cela, on pourrait penser avoir déjà tout dit. Au final, on s’aperçoit qu’on a encore fait qu’effleurer le sujet ! Le concept […]

Il est des jeux qui font grandir… From Dust est définitivement de ceux-la… Le nouveau jeu d’Eric Chahi (Another World, Heart of Darkness…) est un god game. Une fois que l’on a dit cela, on pourrait penser avoir déjà tout dit. Au final, on s’aperçoit qu’on a encore fait qu’effleurer le sujet !



Le concept de From Dust n’est pas de ceux qu’on rencontre tous les jours. Voyez plutôt : l’introduction du jeu nous colle directement dans le sujet, en arborant un ton très tribal, et en nous permettant dans le même temps de faire connaissance avec notre tribu. Cette tribu donc, nous explique Eric Chahi, a perdu sa connexion avec le savoir de ses anciens. Et par la même, les rituels qui permettaient à ces anciens de contrôler une partie de la nature qui les entouraient. Pour retrouver ce savoir, la tribu devra passer au travers des portails. Un seul rituel subsiste, celui de faire appel au souffle… Autrement dit, c’est là que vos compétences entrent en jeu ! Pour autant, votre contrôle sur le monde est limité par des règles simples, basées sur la nature même des éléments. Vous pourrez donc prendre de la matière, et la déposer. Mais cette matière respectera les règles qui la régissent normalement… L’eau s’écoulera, érodera la terre, la végétation brulera au contact de la lave, cette dernière deviendra roche (en encore plus rapidement si il y a de l’eau à proximité), etc. Mais j’imagine que vous avez compris l’idée ! La deuxième chose que vous pouvez faire, c’est appeler les membres de votre tribu, pour les faire venir à un endroit précis de la map. Il vous faudra faire en sorte de déblayer un chemin pour que vos hommes atteignent l’endroit en question sans encombre. Mais vous devrez aussi les protéger de forces cataclysmiques. Un exemple concret : utiliser de la lave pour concevoir une digue anti-tsunami, et leur éviter de finir sous les eaux. Mais come je le notais, il ne s’agit là que d’un simple exemple isolé, et les treize niveaux du titre contiendront bien plus de challenges “naturels” que cela.

Le but sur chaque map est donc de rouvrir l’accès aux portails. Pour ce faire, il faudra reprendre le contrôle des éléments, et de certains points clés des maps. Comme par exemple, des totems laissés la par les anciens. Il faudra faire venir des membres de la tribu, afin de ramener de la vie autour de ces totems. Reconstruire un village. Et du coup, de gagner un nouveau pouvoir. Dans les niveaux que j’ai eu l’occasion d’essayer, c’était par exemple une musique, permettant de repousser les eaux d’un tsunami. Ou encore un pouvoir permettant de figer l’eau pendant quelques secondes, la rendant malléable comme de la pâte à modeler. Mais Eric Chahi l’a confirmé : les maps seront parsemées de pouvoirs cachés. Alors évidemment, j’ai passé bien trop peu de temps sur ce jeu, mais j’ai été emballé. Eric Chahi est un personnage, un artiste du jeu vidéo comme il en reste peu. Mais même s’il faudra attendre la sortie de la version finale du jeu pour nuancer le propos et jouir d’un peu de recul, à l’heure où j’écris ces lignes, j’imagine que nous sommes ici face à quelque chose de solide. Pour rappel, From Dust ne sera distribué que numériquement, via Steam/PSN et Xbox Live Arcade.

Il est des jeux qui font grandir… From Dust est définitivement de ceux-la… Le nouveau jeu d’Eric Chahi (Another World, Heart of Darkness…) est un god game. Une fois que l’on a dit cela, on pourrait penser avoir déjà tout dit. Au final, on s’aperçoit qu’on a encore fait qu’effleurer le sujet !



Le concept de From Dust n’est pas de ceux qu’on rencontre tous les jours. Voyez plutôt : l’introduction du jeu nous colle directement dans le sujet, en arborant un ton très tribal, et en nous permettant dans le même temps de faire connaissance avec notre tribu. Cette tribu donc, nous explique Eric Chahi, a perdu sa connexion avec le savoir de ses anciens. Et par la même, les rituels qui permettaient à ces anciens de contrôler une partie de la nature qui les entouraient. Pour retrouver ce savoir, la tribu devra passer au travers des portails. Un seul rituel subsiste, celui de faire appel au souffle… Autrement dit, c’est là que vos compétences entrent en jeu ! Pour autant, votre contrôle sur le monde est limité par des règles simples, basées sur la nature même des éléments. Vous pourrez donc prendre de la matière, et la déposer. Mais cette matière respectera les règles qui la régissent normalement… L’eau s’écoulera, érodera la terre, la végétation brulera au contact de la lave, cette dernière deviendra roche (en encore plus rapidement si il y a de l’eau à proximité), etc. Mais j’imagine que vous avez compris l’idée ! La deuxième chose que vous pouvez faire, c’est appeler les membres de votre tribu, pour les faire venir à un endroit précis de la map. Il vous faudra faire en sorte de déblayer un chemin pour que vos hommes atteignent l’endroit en question sans encombre. Mais vous devrez aussi les protéger de forces cataclysmiques. Un exemple concret : utiliser de la lave pour concevoir une digue anti-tsunami, et leur éviter de finir sous les eaux. Mais come je le notais, il ne s’agit là que d’un simple exemple isolé, et les treize niveaux du titre contiendront bien plus de challenges “naturels” que cela.

Le but sur chaque map est donc de rouvrir l’accès aux portails. Pour ce faire, il faudra reprendre le contrôle des éléments, et de certains points clés des maps. Comme par exemple, des totems laissés la par les anciens. Il faudra faire venir des membres de la tribu, afin de ramener de la vie autour de ces totems. Reconstruire un village. Et du coup, de gagner un nouveau pouvoir. Dans les niveaux que j’ai eu l’occasion d’essayer, c’était par exemple une musique, permettant de repousser les eaux d’un tsunami. Ou encore un pouvoir permettant de figer l’eau pendant quelques secondes, la rendant malléable comme de la pâte à modeler. Mais Eric Chahi l’a confirmé : les maps seront parsemées de pouvoirs cachés. Alors évidemment, j’ai passé bien trop peu de temps sur ce jeu, mais j’ai été emballé. Eric Chahi est un personnage, un artiste du jeu vidéo comme il en reste peu. Mais même s’il faudra attendre la sortie de la version finale du jeu pour nuancer le propos et jouir d’un peu de recul, à l’heure où j’écris ces lignes, j’imagine que nous sommes ici face à quelque chose de solide. Pour rappel, From Dust ne sera distribué que numériquement, via Steam/PSN et Xbox Live Arcade.