Test

[Impressions] Kingdom Come Deliverance : Mortecouille, ça c’est du jeu !

Par Pierre le

Qu’est-ce qu’un jeu historique ? Est-ce un jeu à dimension pédagogique, comme le récent Soldats Inconnus ? Ou est-ce un jeu qui met l’amusement en avant, en se servant de l’Histoire comme d’un terrain de jeu, comme la série Assassin’s Creed ou Total War ? Les Tchèques de Warhorse ont leur propre idée sur la question et nous le montrent avec Kingdom Come Deliverance.

KC_Deliverance_Siege

Kingdom Come Deliverance se veut un mélange des deux idées évoquées plus haut. Développé après une campagne de crowfunding, il veut proposer au joueur de vivre la vie d’un guerrier du moyen-âge, avec tout ce que ça implique. Mais ici, l’époque médiévale ne sera pas utilisée seulement comme une toile de fond, mais bien comme un support solide, didactique et prenant.

C’est un temps que les moins de 600 ans ne peuvent pas connaître

Pas de dragons, pas de magie, pas de paladins avec des pouvoirs de la lumière. Kingdom Come veut nous plonger dans le vrai moyen-âge qui tâche, celui des luttes de pouvoir, du clergé tout puissant et des dents pourries. Nous sommes en 1403. L’Empereur du Saint Empire Romain germanique, Charles IV, est décédé il y a quelques années, ce qui a laissé le pays en proie au conflit. Ses deux fils, Venceslas et Sigismond, luttent pour le trône. L’armée de Sigismond capture alors Venceslas, souverain légitime mais peu aimé, et envahit la Bohème, région où se déroule le RPG solo. Nous voulions réellement utiliser le contexte historique de l’époque, nous confient Martin Ziegler et Tobias Stolz-Zwilling. C’est une histoire peu connue, mais qui a eu un grand impact à travers toute l’Europe, de la Bohème jusqu’à l’est de la France.

C’est dans ce contexte que nous incarnons Henry, fils du forgeron d’un petit village et guerrier pour son seigneur local. Henry est un combattant typique de l’époque. Il n’a pas de superpouvoirs et ne maîtrise pas la magie. De même, au fil de l’histoire, le personnage n’évoluera pas comme dans les RPG classiques. Il ne deviendra pas roi ou archimage. Il prendra du galon, bien sûr, mais restera coincé dans le système social très rigide de l’époque.

Henry, un héros ordinaire
Henry, un héros ordinaire

Une fois le décor planté, nous commençons à découvrir le monde ouvert et réaliste de Kingdom Come. Nous parcourons ainsi le village de Talmberg, composé de chaumières dominées par un château fort. Un château qui existe réellement, nous dit Martin. Aujourd’hui, le donjon est moitié moins haut, mais c’est bien comme ça qu’il était à l’époque.

L’équipe de développement a travaillé en compagnie d’historiens médiévistes pour donner vie à la Bohème de 1403. Les chaumières, les châteaux, les vêtements, tout est fait pour coller à la vie de l’époque. C’est un réel challenge pour nous de combiner gameplay et représentation historique. Nous avons fait attention à tous les détails. Par exemple, vous remarquerez que la maison du tanneur du village est située à l’écart. C’est ce qui se faisait à l’époque pour éviter les odeurs. Et regardez ce moulin, on les construisait comme ça, en 1403 !

Talmberg est une ville qui existe réellement
Talmberg est une ville qui existe réellement

Même la musique respecte son contexte, jouée avec des instruments de l’époque. Nous déambulons dans un village aussi crasseux que magnifique bercé par quelques accords de luth. Les villages et les habitants du monde de Kingdom n’ont pas été les seuls à jouir d’un respect scrupuleux, puisque même la nature se montre incroyablement réelle. Jamais un bois ne nous avait paru aussi fouillé et crédible que celui du jeu de Warhorse : Nous avons poussé le vice jusqu’à reproduire les forêts de Bohème, après de longues balades rupestres lors desquelles nous avons pris des milliers de photos .

KC_Deliverance_forest