Test

Test flash : Secret Service

Par Rédacteur Invité le

Parce qu’il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, on ne jugera pas ce Secret Service à sa jaquette, véritable ode au kitch et Made in America. On ne juge pas, certes, mais avouez que ça commence plutôt mal… Parce que Secret Service, c’est avant tout une sorte de pastiche de téléfilm du […]

Parce qu’il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, on ne jugera pas ce Secret Service à sa jaquette, véritable ode au kitch et Made in America. On ne juge pas, certes, mais avouez que ça commence plutôt mal…

test_secret_service_08

Parce que Secret Service, c’est avant tout une sorte de pastiche de téléfilm du dimanche après midi, qui vous demandera grosso modo d’assurer la protection du président des Etats Unis, en proie à de vilains terroriste… Difficile de faire plus cliché. Et malheureusement, le jeu est à la hauteur de son scénario : insipide, mou du genou, et capable de vous balancer à la tronche une liste exhaustive ce qu’il faut éviter de faire dans un FPS en 2009. Et en même temps, quand on sait que c’est Cauldron (coupable entre autre de Soldier of Fortune : Payback et de The History Channel : Battle For the Pacific…) qui se planque derrière le jeu, on comprend mieux. Pour résumer, vous serez amené à traverser des niveaux se cantonnant à propose de simples enchaînements de couloirs (même à l’extérieur) et de pièces où les ennemis auront toujours le chic pour débouler de la façon la plus synchronisée qui soit (vous savez, le célèbre “je mets un pied dans une pièce apparemment vide et les ennemis arrivent”). Forcément, ça n’aide pas à s’imprégner de l’histoire… Ajoutez à cela des graphismes corrects-mais-sans-plus, un frame-rate un peu trop fragile, un gameplay scripté au possible, une durée de vie dépassant difficilement les 5 heures, et vous obtiendrez un résultat difficilement acceptable, mais facturé tout de même la bagatelle de 50€. Et ce ne sont pas les quelques minis-jeux, frustrant au possible car éliminatoire à la moindre erreur, qui viendront rehausser le niveau…

Difficile de savoir combien de temps encore Cauldron s’achernera sur le genre du FPS… Quoiqu’il en soit, le résultat de ce Secret Service demeure dans la même veine que les productions précédentes du studio de développement : très médiocre…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Réalisation graphique honnête
  • Les –

  • C’est mou
  • Ca sent le déjà-joué
  • Un scénar’ kitsch au possible
  • Parce qu’il ne faut jamais juger un livre à sa couverture, on ne jugera pas ce Secret Service à sa jaquette, véritable ode au kitch et Made in America. On ne juge pas, certes, mais avouez que ça commence plutôt mal…

    test_secret_service_08

    Parce que Secret Service, c’est avant tout une sorte de pastiche de téléfilm du dimanche après midi, qui vous demandera grosso modo d’assurer la protection du président des Etats Unis, en proie à de vilains terroriste… Difficile de faire plus cliché. Et malheureusement, le jeu est à la hauteur de son scénario : insipide, mou du genou, et capable de vous balancer à la tronche une liste exhaustive ce qu’il faut éviter de faire dans un FPS en 2009. Et en même temps, quand on sait que c’est Cauldron (coupable entre autre de Soldier of Fortune : Payback et de The History Channel : Battle For the Pacific…) qui se planque derrière le jeu, on comprend mieux. Pour résumer, vous serez amené à traverser des niveaux se cantonnant à propose de simples enchaînements de couloirs (même à l’extérieur) et de pièces où les ennemis auront toujours le chic pour débouler de la façon la plus synchronisée qui soit (vous savez, le célèbre “je mets un pied dans une pièce apparemment vide et les ennemis arrivent”). Forcément, ça n’aide pas à s’imprégner de l’histoire… Ajoutez à cela des graphismes corrects-mais-sans-plus, un frame-rate un peu trop fragile, un gameplay scripté au possible, une durée de vie dépassant difficilement les 5 heures, et vous obtiendrez un résultat difficilement acceptable, mais facturé tout de même la bagatelle de 50€. Et ce ne sont pas les quelques minis-jeux, frustrant au possible car éliminatoire à la moindre erreur, qui viendront rehausser le niveau…

    Difficile de savoir combien de temps encore Cauldron s’achernera sur le genre du FPS… Quoiqu’il en soit, le résultat de ce Secret Service demeure dans la même veine que les productions précédentes du studio de développement : très médiocre…

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Réalisation graphique honnête
  • Les –

  • C’est mou
  • Ca sent le déjà-joué
  • Un scénar’ kitsch au possible