Test

Test du Samsung Galaxy A8 : aussi grand que convaincant

Smartphone

Par Gaël Weiss le

Avec sa gamme Galaxy A, Samsung a su s’imposer sur le créneau des smartphones de milieu de gamme depuis deux ans. Il faut dire que ses smartphones sont extrêmement convaincants : design directement inspirés des Galaxy S, écran d’excellente qualité et autonomie record sont quelques uns des arguments qui ont convaincu les années passées.

[nextpage title= »Caractéristiques »]

Pour 2018 pourtant, Samsung a décidé de changer légèrement sa formule. Exit les Galaxy A5 et A3, qui sont remplacés en France par un unique smartphone : le Galaxy A8. Principale nouveauté : son écran, de 5,6 pouces, qui occupe la quasi-totalité de la façade de l’appareil. Samsung, comme le reste de la concurrence d’ailleurs, se plie à l’effet de mode des écrans 18:9 de ce début d’année. Ce qui ne plaira pas forcément à ceux qui recherchent un téléphone au format contenu.

Pour autant, Samsung n’a pas oublié ce qui fait l’essence même de sa gamme Galaxy A. On retrouve donc un design soigné – qui le rapproche d’un simili Galaxy S8 Mini -, des finitions irréprochables, un écran pratiquement parfait et une autonomie dans le haut du panier. Des bons points qui se payent, puisque cette année, le Galaxy A8 voit son prix considérablement augmenter par rapport au Galaxy A5 2017 : comptez 499 euros, contre 429 euros l’année dernière.

Voici sa fiche technique :

NomSamsung Galaxy A8
Taille de l'écran5,6 pouces au format 18,5:9, Super Amoled
Définition de l'écranFull HD+ (2220 × 1080 pixels)
Résolution441 ppp
SoC- Exynos 7885
- 8 coeurs
- GPU Mali-T830 MP3
Logiciel- Android 7.1.2 Nougat
- Surcouche Samsung Experience
Mémoire vive 4 Go
Mémoire interne32 Go
Port Micro-SDOui (jusqu'à 256 Go)
Batterie- 3000 mAh
- Charge rapide
Appareil photo dorsal- capteur photo : 16 MP (f/1.7)
Appareil photo frontal- Double capteur photo 16 + 8 MP (f/1.9)
Dimensions149,2 × 70,6 × 8,4 mm
Poids172 grammes
Carte SIM- 2 × nano-SIM
Capteur d'empreintes digitalesOui (au dos)
Connectique- Port USB Type-C USB 2.0
- Bluetooth 5.0
- NFC
- WiFi 802.11 a/b/g/n/ac 2.4G+5GHz
GPS- A-GPS, GLONASS, BDS
Prise jackOui
Etanchéité à l'eauOui (IP 68)
Connectivité4G LTE
ColorisNoir, Orchidé, Or
Prix499 euros

Dans les points notables du Galaxy A8, on notera que le téléphone est toujours étanche et qu’il bénéficie d’une certification IP 68. Exit également les vieux ports micro-USB des Galaxy A3/A5, Samsung s’est enfin décidé à passer à l’USB Type-C. Enfin, pour ceux qui s’inquiéteraient de pouvoir y brancher leur casque, le Galaxy A8 dispose toujours d’un port jack, situé sur la tranche inférieure. Des écouteurs intra-auriculaires de bonne facture sont d’ailleurs fournis dans la boîte. Dernière chose : tous les Galaxy A8 sont vendus en version double-SIM cette année, à l’exception des Galaxy A8 vendus par Orange.

[nextpage title= »Design et écran »]

Design

On le disait en introduction, le Galaxy A8 a tout du Galaxy S8 « Light ». D’un point de vue esthétique, il reprend les principaux points forts du Galaxy S8, tout en corrigeant ses principaux défauts. Cela commence naturellement par l’écran, évidemment. Exit les « petits » écrans de 4,7 et 5,1 pouces des Galaxy A3 et A5 et place à un grand affichage de 5,6 pouces au format 18;5:9. Ce dernier, contrairement au Galaxy S8, est plat. Ses bords ne sont pas bombés sur les côtés. Si c’est une bonne nouvelle pour la prise en main – le téléphone ne glisse jamais -, les bordures d’écrans latérales sont en revanche plutôt épaisses.

 

 

Le dos du téléphone est en verre. La coque, brillante et légèrement bombée sur les bords, est vraiment réussie. Non seulement c’est beau, mais en plus le toucher fait particulièrement premium. Le Galaxy A8 est esthétiquement très réussi. Enfin, et c’est une amélioration par rapport au Galaxy S8, le capteur d’empreintes digitales est placé juste sous le capteur photo dorsal. S’il n’est pas très grand, il est en revanche très facilement accessible. Et il répond très rapidement.

 

Comme d’habitude avec la gamme A, les finitions sont excellentes et le A8 respire la qualité. Samsung a d’ailleurs poussé le vice jusqu’à décaler la grille du haut-parleur sur la tranche droite, pour ne pas le boucher avec ses mains quand on tient l’appareil en mode paysage. Ses défauts sont minimes. C’est tout juste si l’on pourrait dire que le bouton de réglage du volume est situé un peu trop haut sur la tranche gauche, obligeant les petites mains à se décaler pour l’atteindre. La taille, c’est peut-être son deuxième défaut, puisqu’il ne plaira pas vraiment à ceux qui cherchent un téléphone en petit format. Avec ses 15 cm de longueur, il est du genre à prendre de la place dans une poche ou dans un sac.

Écran

Pas de (mauvaise) surprise concernant l’écran du Galaxy A8, ce dernier a encore bénéficié de toute l’expertise de Samsung dans le domaine de l’OLED. Comprenez par là que d’un point de vue luminosité et colorimétrie, il est quasiment parfait. Les noirs sont profonds (merci l’OLED) et la température des couleurs, excellente de base, peut être modifiée dans les paramètres du téléphone.

Pour le reste, on apprécie toujours autant le format 18,5:9 de Samsung. Ce grand écran très long autorise un confort de lecture que ne permet pas (encore) le reste des smartphones Android de milieu de gamme. Quant à sa définition (Full HD+), elle est plus que suffisante pour afficher très précisément le contenu affiché à l’écran. Un écran de qualité, tout simplement.

[nextpage title= »Interface et performances »]

Interface

Ceux qui ont déjà tenu un appareil Samsung en main ces deux dernières années ne seront pas vraiment dépaysés par l’interface du Galaxy A8, qui reprend celle que l’on connaît depuis le Galaxy A5 2017 ou Galaxy S8, à savoir l’interface Samsung Experience en version 8.5. C’est d’ailleurs une petite déception en soi, puisque le téléphone n’est pas installé sous Android 8.0 Oreo, la dernière version d’Android, mais sous Android 7.1.1 Nougat. Un retard presque inexcusable alors qu’Oreo a déjà plus de 6 mois au compteur. Une mise à jour devrait toutefois arriver dans les prochaines semaines.

Dans l’ensemble, l’interface Samsung Experience est d’une grande clarté. Les applications préinstallées sont peu nombreuses et dans l’ensemble pratiques (la suite Office de Microsoft est présente, mais aussi une application Radio) et le menu des paramètres est suffisamment explicite pour qu’on retrouve ses habitudes aisément.

Les fonctionnalités habituelles de Samsung répondent également présentes. Always on Display, qui affiche en permanence l’heure et les notifications en noir et blanc sur l’écran de veille est bien présent, tout comme la possibilité d’afficher plusieurs applications fractionnées en même temps sur l’écran. Une dernière option permet également de cacher les touches de navigations d’Android afin de vraiment profiter de toute la hauteur de l’écran. Complet et instinctif, donc.

Performances

Les performances n’ont jamais été le point fort des Galaxy A. Ou, tout du moins, les performances, dans les jeux et applications gourmands. Car au quotidien, dans un usage classique avec des applications de tous les jours, le téléphone est d’une réactivité sans faille. Même en lançant plusieurs applications en même temps et en utilisant le mode multitâche, les ralentissements sont inexistants.

Pour le Galaxy A8, Samsung a utilisé une nouvelle puce, l’Exynos 7885. Il s’agit d’une puce de milieu de gamme à huit coeurs, légèrement plus performante que l’Exynos 7880 qui équipait le Galaxy A5 de l’année dernière. Mais si l’on commence à lancer des benchmarks, on s’aperçoit que la nouvelle puce de Samsung fait bien pâle figure face à la concurrence. Qu’on se le dise, un OnePlus 5T, un Honor View 10 et même un petit Huawei P Smart se montrent bien supérieurs au Galaxy A8 lorsque l’on parle de performances.

[nextpage title= »Photo, autonomie et conclusion »]

Photo

Le Galaxy A8 a beau être vendu près de 500 euros, contrairement à ses principaux concurrents présents dans cette fourchette de prix, il ne dispose pas d’un double capteur dorsal. Samsung a en effet intégré un unique capteur de 16 MP associés à une ouverture à f/1.7. Un capteur qui, comme bien souvent sur cette gamme d’appareils, s’en sort très bien quand les conditions lumineuses sont bonnes, mais devient médiocre dès que l’obscurité commence à tomber. Lorsque les conditions lumineuses sont bonnes, non seulement les photos sont bien détaillées, mais en plus les couleurs sont particulièrement fidèles. Ajoutez à cela une mise au point rapide et une bonne réactivité et vous obtenez un capteur photo plus qu’honnête, avec lequel il est possible de faire de jolies choses.

Quand la nuit commence à tomber, en revanche, c’est beaucoup plus difficile. Le flou est souvent de mise et l’appareil a beaucoup de mal à faire la mise au point. Pour un appareil de cette gamme de prix, c’est correct, sans plus.

Un mot pour finir sur l’application photo, directement héritée du Galaxy S8. Elle contient par exemple quelques filtres à appliquer sur des visages. Le mode Pro, permettant de jouer avec les réglages se montre en revanche un peu léger.

Avec l’aimable autorisation d’un membre anonyme de la rédaction.

Autonomie

Malgré un plus grand écran, Samsung a conservé une batterie de capacité similaire au Galaxy A5 2017 pour son A8, à savoir une batterie de 3000 mAh. On s’attendait alors à une autonomie en baisse. Dans les faits, c’est bien le cas, mais le résultat est tout de même bien au-dessus de la moyenne des autres smartphones. Le Galaxy A8 est ainsi capable de tenir une bonne journée et demie sans avoir besoin d’être rechargé. Une autonomie que l’on peut pousser un peu plus, pour atteindre deux journées sans recharge, pour peu que l’on décide de désactiver Always on Display.

Notre avis

Avec le Galaxy A8, Samsung change de format, mais n’oublie pas ce qui a fait la renommée de sa gamme A. Le Galaxy A8 est un excellent téléphone si l’on s’en tient au design, à l’écran, à l’autonomie et dans une moindre mesure à l’appareil photo. Dans ces quatre domaines, le A8 est une valeur sûre.

Le fait que cette année, il n’y ait qu’un seul modèle de proposé pourra toutefois décevoir ceux qui désirent un petit smartphone. Une véritable espèce en voie de disparition. Surtout, on reprochera à ce Galaxy A8 un rapport qualité-prix en deçà de ce que l’on trouve chez la concurrence. Que ce soit chez OnePlus, Huawei ou Honor, il est possible de trouver des appareils bien plus performants et dotés des mêmes qualités à des prix parfois 100 euros moins chers.

Comme l’année dernière, le nouveau Galaxy A est un appareil à conseiller… quand son prix aura baissé d’un cran.

8 / 10
Les plus
Les moins
  • Un design premium réussi
  • Très bel écran AMOLED au format 18:9
  • Une autonomie au dessus de la moyenne
  • Appareil photo très correct
  • Des performances en retrait par rapport à la concurrence
  • Un prix élevé lors de son lancement (499 euros)
  • Et ceux qui veulent un petit téléphone alors ?