Publicités contre rémunération : l’ad blocker n°1 de l’app Store s’y met (aussi)

culture geek

Par Elodie le

À la manière d’AdBlock Plus, Crystal, le bloqueur de publicité le plus populaire de l’App Store, va autoriser certaines publicités contre rémunération.

crystal-adblocker-publicités-rémunération

Les bloqueurs de publicités ont le vent en poupe, c’est un fait. Déjà bien présents sur les ordinateurs, Firefox ou Chrome facilitent leur installation, ils font leur entrée sur le mobile. Depuis iOS9, le dernier système d’exploitation d’Apple, la firme permet de bloquer les annonces sur Safari.

Dean Murphy est un homme heureux puisque Crystal, son application, est la plus téléchargée sur ce segment sur l’App Store. Selon de récentes données, en une semaine, l’app a été téléchargée plus de 100 000 fois, rapportant quelques 75 000$ (environ 67 000 euros) à son développeur (application coûte 0.99$).

Mais c’est aussi la bête noire des annonceurs et éditeurs qui voient de plus en plus de portes se fermer devant eux. Pour les éditeurs qui tirent une grande partie de leurs revenus de la publicité en ligne, c’est une menace réelle : une récente étude d’Adobe et PageFair tablait sur un manque à gagner de 22 milliards de dollars pour 2015. D’autant que les bloqueurs de publicités s’attaquent désormais à un autre eldorado de la publicité en ligne, celui de la vidéo sur mobile.

Dean Murphy assure avoir pris cela en considération : il a donc accepté l’offre d’Eyeo, société allemande éditrice d’AdBlock Plus, de laisser passer certaines publicités moyennant rémunération. À la différence près qu’il recevra cette rémunération d’Eyeo et non des entreprises.

Adblock-Plus-crystal-publicité-rémunération

Eyeo accepte désormais le paiement provenant d’environ 70 entreprises pour laisser leurs publicités filtrer sur son ad blockers maison, dont Google, Microsoft, Amazon, pour peu que celles-ci répondent à la charte de « publicité acceptable » de la firme (publicités identifiées comme telles, statiques et qui n’interfèrent pas avec le contenu). Par ailleurs, seules les firmes dont les publicités excèdent les 10 millions d’affichages non bloqués par mois passent à la caisse, selon le porte-parole d’Eyeo, et les montants versés dépendent des revenus gagnés grâce à ces annonces filtrées.

Dean Murphy fera de même : il prévoit ainsi d’intégrer une fonction sur son application laissant passer les publicités acceptables qui seront donc visibles des utilisateurs. La fonction sera activée par défaut (ce qui veut dire qu’il sera possible de la désactiver) et Eyeo le rémunérera sur forfait.

S’il n’a pas souhaité divulgué le montant de cette coopération, Murphy assure que la raison principale n’est pas mercantile, puisqu’il tirerait plus de revenus de la vente de son app que des versements d’Eyeo, mais que cela constitue une main tendue vers les éditeurs de presse qui plient sous le poids des ad blockers en tout genre. Pourtant, avec une application déjà payante, libre à lui de les « supporter » à sa manière…

Par ailleurs, il se dit en accord avec la politique de « publicité acceptable » d’Eyeo, qu’il aurait lui-même identifiée comme telle.

Comme le précise le Wall Street Journal, certaines firmes ont trouvé la parade en déguisant leur publicité afin qu’elles ne soient pas prises dans les filets des ad blockers.

crystal-app-store-ad-blocker

D’autres firmes quant à elle n’en ont cure, elles travaillent à rendre indétectable le code des sociétés de publicité connues pour se charger pendant l’ouverture d’une page web et qui est repéré par les ad blockers. Même si certains estiment comprendre l’envie des internautes de ne plus être saturé de publicités : bannières, vidéos, pop-up, etc.

La plupart des internautes utilisant les bloqueurs de publicités ne sont pas foncièrement contre tout type d’annonces, seulement contre celles véritablement intrusives et inélégantes qui apparaissent spontanément et qui sont parfois bien difficiles à faire disparaitre.

Toute la question va être de savoir si cette nouvelle démarche à destination des annonceurs et éditeurs va véritablement les inciter à en finir avec les publicités intrusives et repenser ce modèle d’annonce.

Source: Source