[Etats-Unis] L’intelligence artificielle peut-elle avoir un statut de conducteur ?

Automobile

Par Zacharia G le

Les autorités américaines pensent qu’il est possible que l’intelligence artificielle qui conduit Google Car soit considérée comme un conducteur à part entière. Un permis de conduire serait alors fourni aux robots et ceux-ci seraient encadrés par des règles bien spécifiques.

google-car-thumb

La NHTSA (“National Highway Traffic Safety Administration”) qui gère la sécurité routière aux États-Unis a proposé à Google d’offrir ce statut à leurs I.A. Seront donc considérés comme responsables de la conduite, ces robots et non les humains se trouvant dans le véhicule. La lettre de la NHTSA à Google spécifie ceci :

La NHTSA interprétera la notion de “conducteur”, (…), en se référant au (système d’auto-conduite) et non aux occupants du véhicule. (…) Nous sommes d’accord avec Google, sa (voiture autonome) n’aura pas de conducteur au sens traditionnel.

Une bonne nouvelle pour Google qui s’est battu pour que les régulations n’obligent pas ses véhicules autonomes à avoir un volant qu’un humain pourrait saisir, ou de freins qu’ils pourraient activer. Selon la compagnie, cela pourrait aller à l’encontre de la décision de la machine. Sous entendu : celle-ci prendrait des décisions froides et réfléchies, contrairement à certains conducteurs humains.

1-google-car

Bien sûr, il reste du chemin avant qu’une telle mesure soit adoptée : les Google Car doivent prouver qu’elles peuvent résister aux éventuels piratages. De plus, leur système de conduite n’est pas encore parfait. Il faut également décider de tous les détails concernant la réglementation d’une telle mesure. La responsabilité en cas d’accident devra aussi être déterminée. Plus de 90% des accidents dans le monde sont causés par des erreurs humaines. Google espère diminuer radicalement ce chiffre grâce à ses voitures.

Source: Source