Google et Verizon sur les rangs pour s’offrir Yahoo

Business

Par Elodie le

Yahoo a fait savoir aux acheteurs potentiels que le groupe était à vendre. Les intéressés doivent faire connaitre leurs prétentions d’ici le 11 avril. Google et Verizon pourraient remporter la part du gâteau.

yahoo_google_verizon

Qui veut racheter Yahoo ? Depuis que le groupe dirigé par Marissa Mayer a fait savoir que Yahoo était à vendre, les spéculations vont bon train. Dans une lettre adressée à ses concurrents, l’ancienne pépite du web leur demandait de manifester leur intérêt d’ici le 11 avril. L’offre préliminaire doit ainsi préciser quels actifs sont privilégiés : les activités en ligne (moteur de recherche, sites et régie publicitaire) ainsi que ses actifs asiatiques dans Alibaba et Yahoo Japan (35,5 %) sont disponibles

40 firmes seraient intéressées. Si pour l’instant aucune voix officielle ne confirme quoi que ce soit, les sources « proches » de dossier s’en donnent, elles, à cœur joie.

Ainsi, Verizon pourrait être le premier à lancer une offre d’ici la semaine prochaine. Le groupe serait prêt à poser 8 milliards sur la table pour acquérir les activités Internet de Yahoo, rapporte Bloomberg. Pour rendre son offre encore plus alléchante, Verizon proposerait aussi de racheter les 35,5% de Yahoo Japan.

Du côté de Google, une autre source précise que Mountain View est également intéressé par les activités en ligne. Une décision qui aurait du sens et pourrait renforcer encore plus le géant américain.

Que ce soit Google ou Verizon, aucun porte-parole n’a souhaité faire de commentaire. Les acquéreurs potentiels ayant tous signé une clause de confidentialité. Néanmoins, en février dernier Bloomberg rapportait déjà que Verizon avait missionné le DG d’AOL, Tim Amstrong, pour explorer la possibilité d’un rapprochement avec le portail web Yahoo. C’est d’ailleurs ce dernier qui prendrait les rênes de Yahoo en remplacement de Marissa Mayer en cas de rachat.

yahoo_vente

D’autres ont jeté l’éponge, contre At&T, Comcast ou Microsoft, qui avait pourtant formulé une offre de rachat en 2008. Le groupe de presse indépendant Time (Sport Illustrated, People, Entertainment Weekly, Fortune) évaluerait toujours la possibilité de faire une offre, tout comme le fonds d’investissement privé Bain, seul ou en soutenant un acquéreur stratégique, précisent des sources.

Yahoo traverse une crise importante et a dû se résoudre à un vaste plan de restructuration annoncé en février dernier. 15 % des effectifs du groupe vont être licenciés et Yahoo a fermé certains services, comme Yahoo Screen (vidéo).

La CEO Marissa Mayer est sur la sellette, les actionnaires ne lui font plus confiance pour redresser le groupe et voient leur pécule fondre comme neige au soleil. Ils demandent donc son départ, à l’image de Starboard Value, le fonds activiste et actionnaire de Yahoo à hauteur de 0,75 %, et un renouvellement du Conseil d’administration du groupe.

Source: Source