[Débit] Free attaque Netflix en justice

Business

Par Elodie le

Free ne digère pas de figurer régulièrement bon dernier du classement des performances du débit entre les différents FAI français, publié chaque mois par Netflix. Pour l’opérateur, le service de SVoD est responsable, si ce n’est malhonnête, il attaque donc Netflix en justice et pourrait réclamer de substantiels dommages et intérêts.

Game of Thrones – Battle of the Bastards

C’est la guerre. Free attaque directement Netflix sur ses mesures de qualité d’accès à internet publiées chaque mois et dans lequel l’opérateur ne décroche pas de la dernière place. Netflix a commencé à publier ce classement en 2012 pour les FAI américains, avant de l’étendre à d’autre pays, dont la France à partir de septembre 2014. Et à ce jeu-là, Free arrive régulièrement, si ce n’est systématiquement, dernier. Un mauvais élève qui se taille depuis une réputation de mauvais « débiteur ».

La palme du mauvais débiteur

À l’heure du streaming, replay et autres services de vidéo à la demande, où Netflix règne en maître, bénéficier d’un bon débit est un argument de poids pour se démarquer ou faire jeu égal avec la concurrence. Il peut être utilisé comme levier pour attirer de nouveaux clients et/ tenter de conserver les siens.

Un petit coup d’œil à nos anciens articles permet de vérifier que Free a reçu la palme d’or du mauvais débit au moins six fois entre le 14 février 2015 (11 février 2016, 14 décembre 2016, 16 février 2017, 15 mars 17) et le 9 mai dernier.

Rancunier Netflix ?

Pourtant, d’autres classements contredisent les mesures de débit aux heures de grandes écoutes publiées par Netflix, notamment celui du Lyonnais nPerf. Dans ce dernier, les abonnés de Free bénéficient d’un débit de 7,43 mégabits/seconde, devant ceux d’Orange et ses 6,59 mégabits par seconde. Netflix de son côté assure que Free ne propose que 2,3 mégabits par seconde, loin derrière Orange avec 3,5 mégabits par seconde.

Où se situe la faille ? La méthodologie du classement de Netflix est imprécise, le débit présenté est un débit moyen et non le « débit maximal ni une indication de la capacité maximale d’un FAI ».

L’indice de performance des FAI concernant Netflix donne le débit moyen aux heures de grande écoute du contenu Netflix regardé en streaming par ses utilisateurs au cours d’un mois donné. Pour déterminer le débit binaire aux heures de grande écoute pour chaque FAI, nous calculons le débit moyen en mégabits par seconde (Mbit/s) du contenu Netflix regardé en streaming par ses utilisateurs. Nous mesurons le débit effectif sur tous les appareils dont disposent les utilisateurs. Pour un petit nombre d’appareils, nous ne sommes pas en mesure d’établir le débit exact et le streaming sur les réseaux cellulaires n’est pas pris en compte dans nos mesures. Le débit indiqué dans l’indice de performance des FAI n’est pas une mesure du débit maximal ni une indication de la capacité maximale d’un FAI.

Free se refuse toujours à Netflix

Il est à noter que Free est le seul opérateur français à ne pas inclure Netflix dans ses offres, contrairement à Orange, Bouygues et SFR récemment. Free jugerait les conditions de l’accord commercial avec Netflix trop inéquitable pour l’inclure dans ses offres. « Free a décidé de ne pas se coucher tout de suite devant Netflix », déclarait Maxime Lombardini, DG du groupe, en 2014.

Les abonnés de Free ne peuvent donc souscrire à Netflix, sauf à passer par l’Apple Play ou posséder une Freebox Mini 4K (sous Android) par exemple. Free bride-t-il Netflix comme cela est parfois avancé ou Netflix fait-il payer à Free son dédain pour son service ?

Pour le trublion des télécoms, la réponse est toute trouvée, il exige de ne plus apparaître dans le classement publié par Netflix, qui ne fait pas le distinguo entre les opérateurs raccordés au réseau Netflix et les autres, précise BFM Business. Free a porté l’affaire devant le tribunal de commerce de paris et pourrait réclamer d’importants dommages et intérêts.

Source: Source