Facebook : la reconnaissance faciale pour mieux contrôler son image… mais pas en Europe

Sur le web

Par Elodie le

Facebook déploie une nouvelle fonctionnalité basée sur la reconnaissance faciale permettant d’alerter les utilisateurs lorsqu’une photo d’eux est publiée sur le réseau, même lorsqu’ils ne sont pas tagués dessus. Un effort pour éviter les abus et mieux contrôler son image. Alors, pourquoi ne pas en faire bénéficier l’Europe et la Canada ?

Les avancées technologiques permettent d’inclure la reconnaissance faciale dans un grand nombre de services. Huawei, Apple, Samsung, Snapchat, dans les aéroports, en Australie ou en Chine pour chasser les voleurs de PQ (eh oui), la reconnaissance faciale est partout.

Sur Facebook, elle permettra bientôt de débloquer un compte, mais aussi de permettre aux membres de la plateforme de contrôler l’usage qui est fait de leur image.

Union européenne et Canada exclus

Il arrive parfois qu’une personne publie une photo de vous s’en vous prévenir, parfois même pour vous nuire. Vous avez donc peu de chance d’être mis au courant, sauf si le hasard fait bien les choses ou qu’un ami vous prévient.

Ce ne sera plus possible grâce à la nouvelle fonctionnalité déployée par Facebook depuis le 19 décembre. C’est la même technologie qui suggère des amis lorsque vous publiez une photo. Ce nouvel outil préviendra l’utilisateur lorsqu’une photo non taguée de lui est publiée ou si une personne utilise son image sans sa permission.

Éviter les usurpations d’identité

Pour Facebook, il s’agit de répondre aux craintes d’usurpation d’identité. Toutefois, cette nouvelle fonctionnalité ne sera pas proposée à tous les membres de la plateforme. L’Union européenne et le Canada ne bénéficieront pas de cette technologie précise Facebook qui suscite encore des réserves.

Comme l’explique la CNIL : « si cette technologie n’en est qu’à ses balbutiements, il importe de comprendre que son caractère intrusif est croissant puisque la liberté d’aller et venir anonymement pourrait être remise en cause. »

En attendant, il faudra laisser faire le hasard.

Source: Source