Droit de diffusion : Canal Plus attaque TF1 en justice et cesse la diffusion de ses chaines

Business

Par Elodie le

La chaîne cryptée estime que TF1 abuse de sa position afin de soutirer des sommes astronomiques aux opérateurs pour diffuser les chaines du groupe. Canal Plus n’a aucune intention de céder à ce « chantage inadmissible » et attaque la première chaîne en justice. Pour enfoncer le clou, le groupe a stoppé la diffusion de ses chaines depuis hier soir.  

Décidément, les em****** volent en escadrilles pour TF1. Déjà en conflit avec l’opérateur historique autour du renouvellement des droits de diffusion des chaines gratuites du groupe TF1 – TF1, TMC, TFX (ex NT1), TF1 Séries Films (ex HD1) et LCI, la première chaîne voit Canal + entrer dans la bataille.

Ce nouvel adversaire a indiqué mercredi 28 février avoir entamé des poursuites judiciaires pour trancher le différend qui les oppose. Selon BFM Business, TF1 réclame pas moins de 20 millions d’euros par an à Canal Plus pour proposer ses chaînes dans les offres Canal plus (bouquet CanalSat et application MyCanal notamment), soit dix fois plus que jusqu’à présent alors que leur accord expirait à la fin du mois de février.

« Chantage inadmissible »

Pour la chaîne de Bolloré, ce n’est rien de plus qu’un « chantage inadmissible ».  Dans les colonnes du JDD, le 2 février dernier, Maxime Saada, directeur général de Canal Plus vilipende l’attitude de TF1 :

« Nous n’avons aucunement l’intention de céder au chantage et sommes prêts, si nous y sommes contraints, à envisager assez vite une coupure du signal des chaînes gratuites du groupe TF1 sur nos différents supports; sachant que Canal représente entre 15% et 20% de l’audience de ses chaînes gratuites. » Une menace et des arguments qui font écho à celle formulée par Orange et mise à exécution.

« Le groupe TF1 profite indûment de sa puissance pour exiger des opérateurs des sommes astronomiques, à hauteur de 100 millions d’euros au total, dont plusieurs dizaines de millions pour le seul Groupe Canal Plus », explique le DG de la chaîne avant d’asséner :
« Rendez-vous compte que TF1 veut faire payer Canal et le consommateur pour ses chaines diffusées gratuitement ! Nous avons affaire à un groupe qui a obtenu gratuitement la possibilité de diffuser ses chaines en TNT, dispose du canal numéro 1, ce qui est un avantage énorme, et de la possibilité de par la loi de diffuser en exclusivité des événements sportifs majeurs comme la coupe du monde de football, ce que Canal Plus ne peut pas faire. »

Fin de signal

Depuis hier soir, le ton est donné : Canal Plus a cessé de diffuser les chaînes de TF1 de manière inopinée, suscitant l’agacement des internautes.

« Le groupe TF1 veut désormais faire payer ses chaînes gratuites […] alors même que ces chaînes sont diffusées gratuitement sur la TNT et sur Internet. Cette diffusion payante aurait pour conséquence de vous faire payer l’accès à ces chaînes, ce que nous refusons […] », pouvait-on lire sur les écrans de télévisions hier soir, à la place des programmes de TF1.

Dans un communiqué, le groupe détenu par Vincent Bolloré justifie son initiative faut d’avoir trouvé un accord financier avec la première chaîne, dont il dénonce « les exigences financières déraisonnables et infondées ».

Une situation qui n’est que le résultat de « l’intransigeance du groupe TF1 qui abuse de sa puissance de marché, et notamment de son canal numéro 1, pour imposer unilatéralement à ses distributeurs, dont le groupe Canal+, de payer pour continuer à diffuser ses chaînes disponibles gratuitement sur la TNT et sur Internet ».

Menaces à tous les étages

Après avoir longtemps menacé les distributeurs, TF1 doit assumer la fronde qu’elle a déclenchée. Pourtant, le PDG Gilles Pélisson jugeait quelques jours après que « cela n’a rien d’exorbitant. Cela existe dans beaucoup de pays d’Europe ». Puis les sommes demandées étaient « de 100 millions d’euros maximum, pour arriver à un tarif négocié de plusieurs dizaines de millions d’euros ».

La filiale de Bouygues n’a pas manqué de commenter cet arrêt brutal. Dans un communiqué, le Groupe TF1 se dit « scandalisé par la décision unilatérale du Groupe Canal + d’interrompre la diffusion de ses chaines et de leurs services associés au mépris de ses abonnés ».

« Cette décision est d’autant plus incompréhensible que le Groupe Canal + est autorisé à les diffuser, le Groupe TF1 n’ayant jamais demandé à ce que ses chaines et son service replay soient coupés, mais avait au contraire proposé une poursuite des négociations », explique le communiqué. TF1 « déplore » que les clients de Canal + « soient pris en otage » et demande au groupe de « prendre en compte l’intérêt légitime de ses abonnés ».

Au jeu de la communication de crise, chacun tente de se faire passer pour la victime.

La coupe du Monde se profile

Le bras de fer est entamé depuis 2016 et chaque année voit arriver son lot de menaces. Si M6 a revu ses prétentions à la baisse et signé un accord avec tous les opérateurs, TF1 tente aujourd’hui de vendre son offre « Premium » (enrichies de nouvelles fonctionnalités) aux opérateurs, qui bénéficiaient jusqu’ici des chaines gratuitement.

À l’heure actuelle, seuls SFR et Bouygues Télécoms (filiale de Bouygues, propriétaire de TF1), tandis que Canal Plus, Orange et Free résistent encore. Mais avec la Coupe du Monde qui se profile, une question se pose : jusqu’à quand ?

« On demande quelques centimes d’euros par abonné à Orange, qui fait neuf fois la taille de TF1. Orange, c’est 18 milliards de chiffre d’affaires, alors que nous en faisons 2. On ne va pas faire croire que les quelques millions que nous demandons pour la rémunération de nos chaînes vont mettre en péril l’économie d’une société comme celle d’Orange », estime Gilles Pélisson au micro de RTL.

Quoi qu’il en soit, mis sous pression par Orange, TF1 jouait l’apaisement. Avec ce nouveau front ouvert par Canal Plus, la paix parait bien lointaine.

TF1 sur la Freebox : Free prépare une mise à jour pour continuer à capter la chaîne