Russie : explosion dans un laboratoire qui contenait la variole et Ebola

politique

Par Remi Lou le

En début de semaine, une explosion a eu lieu dans un laboratoire russe. Le centre de recherche, situé en Sibérie, effectuait des recherches sur les virus de la variole et d’Ebola, et était l’un des rares au monde à les « héberger »…

Lundi 16 septembre, une explosion suivie d’un incendie s’est déclaré dans un laboratoire russe situé à Koltsovo, près de Novossibirsk, en Sibérie. Selon l’agence de surveillance sanitaire Rospotrebnadzor, l’incident s’est produit à cause d’un problème avec un cylindre de gaz. Une personne a été blessée et des dégâts matériels ont été recensés, comme des fenêtres brisées. L’incendie a cependant été maîtrisé relativement rapidement, note Ouest-France. Le plus troublant, c’est que l’établissement n’est pas un laboratoire anodin. Baptisé « Vektor », le lieu est en effet un centre de recherche géré par l’État qui effectue des travaux sur les biotechnologies et les virus, dont, notamment, la variole et Ebola. C’est d’ailleurs l’un des rares lieux au monde qui « héberge » ces virus. Faut-il craindre pour la santé des employés, et, pire, encore, pour celle des 1,5 million d’habitants de Novossibirsk, situé proche du laboratoire et troisième plus grande ville de Russie ?

La Russie enchaîne les incidents graves

Bien que le bâtiment soit dans un mauvais état, les autorités se veulent rassurantes et indiquent qu’aucune substance dangereuse n’a été touchées par l’incident. Malgré tout, on reste vigilants sur les tenants et aboutissants de cette affaire. « Un incendie qui toucherait les zones où le virus est présent, c’est presque une bonne nouvelle, ça va détruire les pathogènes. Si ça impacte une zone où vous avez des installations dédiées à la sécurité du laboratoire, ça peut être plus embêtant, mais ce n’est pas forcément catastrophique », a confié Hervé Raoul directeur du laboratoire P4 Inserm Jean Mérieux à Lyon interviewé, avec plusieurs experts, par 20 Minutes sur la question des risques (retrouvez leur analyse complète ici)

C’est loin d’être la première fois que ce type d’incident se produit en Russie. Au cours de ces derniers mois, de nombreuses personnes ont perdu la vie dans divers incidents, dont des explosions dans des usines d’explosifs, un incendie dans un sous-marin à propulsion nucléaire dans le Grand Nord, ou encore cette explosion sur une base de tir de missiles nucléaire en août dernier. Ce dernier incident avait par ailleurs conduit à une hausse de la radioactivité, selon les autorités. 

4 réponses à “Russie : explosion dans un laboratoire qui contenait la variole et Ebola”

  1. Si je ne me trompe pas:
    – « Ebola » est le nom du virus, qui donne la « maladie à virus Ebola »
    – La « variole » est le nom de la maladie, donnée par le « virus de la variole »
    Par contre, pourquoi on écrit les noms des virus comme des noms propres, c’est une bonne question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *