Disney+ censure une scène du film Splash avec Tom Hanks

Cinéma

Par Julie Hay le

Les fesses de la sirène n’auront pas résisté à la censure de Disney. La firme a ajouté numériquement des cheveux pour éviter la classification PG-13 aux États-unis.

Crédits : Disney

Sur Twitter, nombreuses ont été les réactions après le visionnage de Splash. Cette relecture du mythe de la petite sirène, d’apparence inoffensive, n’a pas résister aux ciseaux d’Anastasie de Disney. Le film avec Tom Hanks comporte une brève scène de nudité qui n’était pas du goût de la plateforme qui a ajouté numériquement des cheveux sur les fesses de la sirène incarné par Daryl Hannah. Il faut dire que la ligne conductrice de la firme est simple, proposer des contenus pour les plus jeunes et ainsi éviter la classification PG-13 outre-Atlantique. Ce n’est d’ailleurs pas le seul contenu censuré sur la plateforme puisque bon nombre de productions ont été modifiées, comme Toy Story 2. Dans une scène post-crédits, on découvrait Stinky Pete qui flirtait avec deux poupées Barbie et qui leur promettait un rôle dans le prochain film. Une scène qui trouve une résonance particulière avec l’affaire Weinstein et qui aura été supprimé de la nouvelle version disponible sur la plateforme de streaming. C’est aussi le cas pour Lilo et Stitch, où la petite fille se cachait dans un sèche-linge après une dispute avec sa sœur. La scène a été remplacée pour ne pas inciter les enfants à faire de même. Certaines scènes qui comportent une “consommation de tabac” sont maintenant étiquetées sur la plateforme à l’aide d’un bandeau préventif, c’est d’ailleurs le cas pour Les Aventures de Bernard et Bianca, Dumbo ou encore Les 101 Dalmatiens. Et quand ce n’est pas la présence de cigarettes qui dérange Disney, la firme avertie sur certains pans de l’histoire qui “peuvent contenir des représentations culturelles obsolètes” comme avec La Belle et le Clochard où les chats siamois sont des caricatures racistes. Présentes à plusieurs moments du long-métrage d’animation, il est impossible pour Disney de les supprimer de l’intrigue. Les studios ont rectifié le tir dans la version live-action disponible en exclusivité sur la plateforme de SVOD.

Mais ces choix éditoriaux interrogent sur l’avenir des productions de la Fox. On notera par exemple que Deadpool, pourtant sorti en 2016, ne fait pas parti du catalogue alors que l’ensemble des films X-Men est disponible depuis le lancement en France. Disney pourrait finalement miser sur son autre plateforme, Hulu, pour dévoiler des contenus jugés plus sensibles. Reste à voir quand elle sera disponible en France. La priorité pour Disney reste le déploiement de sa plateforme dans le monde, on ne devrait donc pas découvrir Hulu en Europe avant 2021.

S'abonner à Disney+
Source: newsweek