La NASA publie son devis pour envoyer ses astronautes sur la Lune

Espace

Par Felix Gouty le

L’Agence aérospatiale américaine a délivré son devis au gouvernement américain, afin de financer le retour de l’être humain sur la Lune d’ici 2024. Ses plans pourraient néanmoins être chamboulés par l’issue de l’élection présidentielle américaine.

Crédits : Nicolas Thomas / Unsplash.

Si les étoiles n’ont pas de prix, les conquérir en a un. L’Agence aérospatiale américaine (NASA) a publié hier un devis complet qu’elle a transmis au gouvernement américain en vue de financer son programme Artemis dans les années à venir. Elle demande ainsi 28 milliards de dollars sur cinq ans (de 2021 à 2025), notamment, pour permettre d’envoyer des astronautes sur la Lune pour la première fois depuis 1972. Ce total est supérieur aux 25,2 milliards que le Congrès américain (qui rassemble le Sénat et la Chambre des représentants) était prêt à lui accorder en février dernier. Le budget demandé par la NASA se répartirait, entre autres, ainsi :

  • 16 milliards $ pour concevoir le système d’atterrissage des astronautes (ou Human Landing System), aussi appelé alunisseur ;
  • 7,6 milliards $ pour construire la navette Orion et la future fusée Space Launch System (SLS) ;
  • 1 milliard $ pour développer de nouvelles « technologies d’exploration lunaire » ;
  • 518 millions $ pour fabriquer les nouvelles combinaisons spatiales.

Le sort de la NASA décidé par les élections présidentielles ?

Selon Gizmodo, le budget Human Landing System est le plus susceptible d’être revu à la baisse. En juillet dernier, le Congrès américain ne lui aurait déjà accordé que 600 millions de dollars pour 2021 uniquement contre les 3,2 milliards de dollars demandés par la NASA. Jim Bridenstine, l’administrateur en chef de l’Agence, se veut néanmoins rassurant et promet d’obtenir une telle enveloppe avant les fêtes de Noël, afin de maintenir le cap fixé à 2024 pour la tant attendue mission Artemis III. Cependant, l’issue des prochaines élections présidentielles américaines pourrait chambouler le tout. Une défaite de l’actuel président Donald Trump, à l’origine de la date limite de 2024, repousserait certainement ce lancement à 2028 (date d’origine), afin de justifier un rétrécissement du budget accordé à la NASA.

Jeff Bezos vs Elon Musk

En attendant le mois de novembre, et si tout va bien pour elle par la suite, la NASA en a profité pour donner plus de détails sur sa marche à suivre une fois son enveloppe en poche. La première mission du programme Artemis, sobrement intitulée Artemis I, sera effectuée en novembre 2021. Il s’agira de tester la fusée SLS – probablement l’imposante Starship conçue par SpaceX – en vol non-habité. Artemis II, repoussée en 2023, enverra des astronautes en orbite lunaire pour un pilotage d’essai de la nouvelle navette Orion. Concernant la mission Artemis III de 2024, la NASA a dévoilé qu’elle prévoyait d’envoyer seulement deux astronautes sur la Lune – un homme et une femme – qui n’y séjourneront que sept jours. Ils seront équipés des nouvelles combinaisons xEMU (pour « Exploration Extravehicular Mobility Unit » ou « tenue d’exploration mobile extravéhiculaire), censées être plus flexibles que les combinaisons Apollo et mieux adaptées à une diversité de formes. Les deux astronautes seront déposés dans le pôle sud de notre satellite naturel (et non dans la région équatoriale comme lors des missions Apollo) pour y prélever des échantillons d’eau gelée.

Le constructeur de leur alunisseur n’est pas encore déterminé et fera donc l’objet d’une vraie bataille entrepreneuriale. Les trois candidats en lice actuellement sont SpaceX, la société aérospatiale d’Elon Musk déjà à l’origine de la navette Crew Dragon, Dynetics et surtout Blue Origin de Jeff Bezos. Pour rappel, en mai 2019, le patron d’Amazon avait présenté en grande pompe le premier prototype de Blue Moon, son alunisseur conçu en collaboration avec Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper.

Un portail vers Mars

Vue d’artiste de la future station spatiale lunaire, Gateway (Crédits : NASA).

En parallèle de la mission Artemis III, la NASA compte toujours mettre en orbite sa première station spatiale lunaire, prénommée Gateway. Si elle obtient le budget qu’elle désire, l’Agence affirme être capable d’installer les deux modules principaux – l’élément d’énergie et de propulsion (PPE) et l’avant-poste logistique habitable (HALO) – grâce à un unique lancement en 2023. La mise en place de la station Gateway servira de prélude à l’après-Artemis III. D’une part, ce dernier se traduira par « l’installation d’une infrastructure essentielle à la surface de la Lune » : à savoir, le déploiement d’une première flotte de rovers robotiques, la construction d’une plateforme mobile lunaire avec des cabines pressurisées pour accueillir les astronautes ainsi qu’un « habitat lunaire fixe » dont l’énergie nécessaire à son alimentation pourrait être produite par la conversion de la glace lunaire en carburant oxygéné. Sorte de relais avec l’infrastructure de surface, Gateway servirait aussi de simulateur et de tremplin pour les futures missions martiennes. Comme elle le souligne dans son rapport, la NASA compte réaliser plusieurs vols habités en direction de Mars dans les années 2030. La première serait pour l’instant fixée à 2033.

LEGO®-City La fusée spatiale...
1 334 Commentaires
LEGO®-City La fusée spatiale...
  • Inclut 6 figurines LEGO City : 2 astronautes, 2 scientifiques, le directeur de la station de...
  • Comprend une fusée modulaire à plusieurs étages inspirée par la NASA, qui peut être...
  • Cet ensemble de jeu détaillé inclut une tour de contrôle qui s'ouvre avec une fenêtre...
  • Les accessoires incluent 2 géodes (nouveautés de juin 2019), 2 casques avec une visière...
Source: Gizmodo