Finalement, les Parisiens sont restés au bercail pour ce reconfinement

Général

Par Victor le

Contrairement à ce que les images d’embouteillages de la semaine dernière ont laissé croire, les Parisiens sont bel et bien restés chez eux, pour une grande partie d’entre eux. Et ce sont les données de leurs smartphones qui le disent.

Crédits : Skeeze – Pixabay

D’après l’Insee (Institut National de la statistique et des études économiques), ce sont près de 700 000 habitants de la région parisienne qui se sont précipités sur leur véhicule et ont quitté la capitale en mars dernier, à l’annonce du premier confinement. L’organisme s’était appuyé sur les données fournies par les opérateurs télécoms et autres géants du numérique (Orange par exemple, mais aussi Apple et Google) pour arriver à ce chiffre. Un exode qui n’avait pas manqué d’exaspérer les habitants de différentes provinces de l’Hexagone, très contrariés par l’arrivée massive de Parisiens en plein mois de mars, le tout en plein milieu de la crise sanitaire. Qu’ils se rassurent, l’histoire ne s’est pas répétée (ou en tout cas dans une moindre mesure) au cours de ce deuxième confinement.

En s’appuyant sur la même méthode, l’Insee a établi le chiffre de 70 000 départs suite à l’annonce du reconfinement par le Président de la République, il y a une semaine. En d’autres termes, il y a eu dix fois plus de départs au cours du premier confinement. Comment expliquer cette différence ? D’abord, ce second confinement ressemble finalement très peu au premier. Il suffit de jeter un coup d’œil dehors pour constater que les rues sont loin d’être aussi vides qu’au printemps dernier. Les écoles étant ouvertes, de nombreux parents étaient tout simplement dans l’impossibilité de quitter la capitale où leurs enfants sont scolarisées. De manière générale, le caractère permissif (pour l’instant) de ce reconfinement explique que l’exode a eu beaucoup moins de succès qu’en mars.

Cette information dénote également la capacité grandissante des géants du numérique, français comme américains, à fournir des statistiques grâce à la récolte de données, géolocalisées dans le cas présent. Si cette récolte est bien entendu anonymisée, les opérateurs télécoms peuvent fournir ces statistiques car ils ont à leur disposition les données de localisation de tous leurs utilisateurs. Les géants du numérique comme Apple ou Google peuvent, quant à eux, fournir des chiffres très précis sur la fréquentation des commerces, des lieux de travail, et même des transports en commun.

Coronavirus - Mon cahier de confinement en famille - XL: Pour vivre une pandémie sans ennui

Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Source: BFMTV