Cybersécurité : Trump donne du fil à retordre à Joe Biden

politique

Par Remi Lou le

Tandis que Trump s’insurge toujours sur Twitter, son administration ne semble pas faire grand chose pour préparer le terrain à Joe Biden. L’équipe du président élu est même obligé d’utiliser des réseaux Google pour sécuriser ses comptes, alors que l’administration sortante aurait dû lui donner accès à des comptes fédéraux.

Crédits : Markus Spiske via Unsplash

Le passage d’un président à un autre se déroulait généralement plutôt bien aux États-Unis… jusqu’à Donald Trump. Toujours entêté dans son idée d’une élection truquée et essuyant revers sur revers juridiques, l’actuel locataire de la Maison Blanche ne concède toujours pas sa défaite, et refuse toujours de collaborer avec le président élu, Joe Biden. Cela n’empêche pas ce dernier de préparer son arrivée à la Maison Blanche, tandis qu’il s’apprête à dévoiler les premiers noms de son futur gouvernement ce mardi 24 novembre.

Néanmoins, cela pose tout de même problème en terme de cybersécurité. Comme le note le Wall Street Journal, relayé par The Verge, l’administration sortante mobilise généralement les ressources gouvernementales nécessaires afin de sécuriser l’administration entrante en leur offrant des comptes spécifiques protégés des cybermenaces. Sauf que l’administration Trump n’aurait absolument pas fait le nécessaire afin de préparer l’arrivée de Biden au pouvoir, obligeant celui-ci à se reporter sur des solutions tierces pour sécuriser ses comptes et ceux de son équipe. Le président élu n’utilise donc pas des réseaux fédéraux comme cela devrait être le cas, mais un réseau Google Workspace payant avec un programme de protection avancé de Google, comme l’a indiqué l’équipe de Biden à The Verge. « Nous nous préparons à gouverner pendant une pandémie mondiale et une récession économique, tout en travaillant à distance. (…) Dès le début de la transition, nous avons investi dans les meilleurs systèmes et processus informatiques de leur catégorie » explique un responsable de la transition dans un communiqué.

L’administration Trump ne se contente pas de bloquer l’équipe de Biden en matière de cybersécurité. Le pays tout entier est en train de prendre du retard quant au déploiement d’un des candidats vaccin contre le Covid-19, une situation qui avait poussé Joe Biden à déclarer sur NBC que « plus de gens vont mourir si nous ne pouvons pas nous coordonner ». La situation est pourtant critique au pays de l’Oncle Sam, qui est toujours le pays le plus touché au monde par la pandémie avec près de 12 millions de cas et plus de 255 000 morts. La pandémie repart très largement à la hausse actuellement, tandis que les Américains sont invités à ne pas voyager durant Thanksgiving qui aura lieu le 26 novembre.