« Wuhan files » : la Chine a-t-elle minimisé l’épidémie de coronavirus à ses débuts ?

Général

Par Remi Lou le

La chaîne de télévision américaine CNN a obtenu un rapport confidentiel provenant du Centre provincial de contrôle et de prévention des maladies de la province du Hubei, là où se situe la ville de Wuhan. Problème : les chiffres ne concorderaient pas avec ceux communiqués par les autorités chinoises au début de la pandémie.

Crédits : Clay Banks via Unsplash

La Chine aurait-elle tenté de minimiser le Covid-19 à son arrivée à Wuhan ? C’est en tout cas ce que suggère CNN, qui vient de révéler les « Wuhan files », un rapport de 117 pages qui dénombre le nombre de cas recensés au tout début de l’épidémie dans la province de Hubei, en Chine. Le problème, c’est que les chiffres présents dans ce document « interne, à garder confidentiel » ne correspondraient pas avec les chiffres communiqués par Pékin au début de la crise sanitaire. Voilà qui vient remettre le feu aux poudres aux accusations de l’administration américaine, qui suggérait que la Chine avait tardé à communiquer le nombre de personnes infectées par le Covid-19.

Dans ce document, on peut voir que les autorités chinoises auraient recensé pas moins de « 5 918 cas nouvellement détectés le 10 février », contre un chiffre de 2 478 communiqué à ce moment-là. Même constat du côté des décès, puisque le 7 mars 2020, les autorités sanitaires du Hubei dénombraient 2 986 morts, tandis que le rapport en recense pas moins de 3 456. Autre fait troublant : le rapport confidentiel déniché par CNN explique qu’il y aurait eu près de vingt fois plus de cas de grippe dès le mois de décembre 2019, comparé à la même période de l’année précédente. C’est d’autant plus perturbant puisque ces cas de grippe étaient alors principalement recensés non pas à Wuhan, mais à Yichang et Xianning, deux villes situées respectivement à 300 et 90 kilomètres du foyer initial de l’épidémie. Néanmoins, CNN explique que rien ne prouve que cette explosion des cas de grippe est bel et bien corrélée au Covid-19, puisque le virus Sars-CoV-2 n’a été véritablement détecté qu’en janvier 2020.