Emilia Clarke (Game of Thrones) écrit aussi des comics

bande dessinée

Par Julie Hay le

La mère des dragons a plus d'une corde à son arc et s'apprête à dévoiler son premier comics, consacré à une super-héroïne d'un genre nouveau.

Crédits : HBO

La mère des dragons a plus d’une corde à son arc. Alors qu’elle vient de rejoindre le MCU, dans la série Secret Invasion, Emilia Clarke se lance dans une nouvelle aventure. L’actrice britannique s’apprête à dévoiler son premier comics, écrit en collaboration avec Marguerite Bennet. Baptisé M.O.M : Mother of Madness, il sera découpé en trois tomes. Le premier chapitre devrait rejoindre les kiosques dès le mois de juillet prochain.

Lors d’un entretien avec Entertainment Weekly, l’interprète de Daenerys Targaryen a donné quelques détails sur le projet. Le récit, qu’elle compare volontiers à l’univers de Deadpool, suivra les aventures d’une mère de famille qui se découvre des pouvoirs surnaturels. Elle va devoir composer avec ses responsabilités de matriarche et justicière, alors qu’elle affronte un gang de trafiquants. Elle explique avoir d’abord eu l’idée lors d’une discussion avec ses amis. “On appelle souvent les mères des super-héros, et je me suis dit, si elles l’étaient vraiment ? Maya a eu une vie très difficile, et elle se retrouve à un moment de sa vie où elle déteste et a honte de tout ce qui la rend unique. Ce n’est que dans cette découverte de ses pouvoirs qu’elle réussit à accepter véritablement qui elle est.”

Pour écrire cette intrigue, Emilia Clarke s’est associée à Marguerite Bennet, une habituée du genre. L’écrivaine n’en est pas à sa première incursion dans l’univers des comics puisqu’il officie déjà en tant que scénariste chez DC et Marvel Comics. On lui doit notamment certains numéros des aventures de Batwoman ainsi que la série X-Men : Years of Future Past. Les illustrations seront quant à elle signées de la main de Leila Leiz, une dessinatrice française qui travaille notamment pour Aftershocks Comics, et Jo Ratcliffe qui a réalisé la couverture. Cette volonté de travailler sur un comics avec une équipe essentiellement féminine semblait être une évidence pour Emilia Clarke qui se décrit comme une passionnée tardive des comics. Les questions du féminisme devraient être prégnantes dans le récit. Sur la nature des pouvoirs de Maya, Emilia Clarke a par exemple déclaré “Elle peut faire plein de choses démentes, mais elles viennent toutes du fait qu’elle est une femme et a un cycle menstruel. Je me suis dit que ça pourrait être cool de prendre toutes les choses que les femmes n’aiment pas chez elles et d’en faire ce qui les rends surhumaines”. Reste à voir désormais si l’incursion de l’actrice dans l’univers de la bande-dessinée sera couronnée de succès.