Virgin Galactic : “Aucune concurrence” avec Jeff Bezos, selon Richard Branson

Espace

Par Antoine Gautherie le

Dimanche 11 juillet, le dirigeant de Virgin Group s'envolera vers l'espace à bord de son VSS Unity. Il se défend de toute concurrence avec Jeff Bezos, à qui il devrait toutefois griller la politesse.

VSS Unity, la navette de Virgin Galactic
VSS Unity, la navette qui emmènera Richard Branson à la frontière de l'espace. © Virgin Galactic

Richard Branson, grand patron de Virgin Group et de sa branche aérospatiale Virgin Galactic, s’envolera ce dimanche à 15h (heure française) pour devenir le premier milliardaire à frôler l’espace. Sauf contretemps de dernière minute, il décollera pour un voyage d’une petite heure à bord du vaisseau de Virgin, le VSS Unity. Une fois largué en plein vol par un avion porteur, l’engin entamera une ascension vertigineuse jusqu’à l’extrême limite de l’atmosphère. Les passagers passeront ensuite quelques minutes en quasi apesanteur. Enfin, la navette entamera le chemin du retour pour venir se poser tranquillement sur Terre.

Vous pourrez suivre l’intégralité du vol sur la chaîne YouTube de Virgin Galactic.

Un avant-goût de l’expérience client

Jusqu’à présent, seuls des professionnels de l’aérospatiale avaient testé l’engin; Branson sera donc le premier civil à bord du VSS Unity, peu après l’obtention de sa licence de tourisme spatial. Dans les prochaines années, ce sont des civils fortunés qui devraient constituer le cœur de cible du groupe. Branson compte donc se mettre dans la peau du client.

L’objectif : faire un état des lieux de l’expérience offerte à ses futurs clients VIP. Du “confort des sièges” aux “vues sur la Terre”, on imagine aisément que le fantasque dirigeant ne laissera rien au hasard. La moindre des choses quand on sait qu’il prévoit de vendre ces voyages plus de 200.000€.

L’inévitable comparaison avec Blue Origin

Timing oblige, le milliardaire n’a pas pu se soustraire aux questions sur Jeff Bezos. Car comme l’ont immédiatement remarqué de nombreux observateurs, la date choisie par Branson tombe peu avant le voyage de son homologue de Blue Origin.

Pour rappel, le patron d’Amazon avait été le premier à se fendre d’une telle annonce. Il a déclaré début juin qu’il prendrait place personnellement dans un engin spatial conçu par sa firme, le 20 juillet prochain. Il sera accompagné de trois autres passagers; son frère Mark, l’ancienne pilote du programme Mercury 13 Wally Funk, et le fameux passager mystère qui a déboursé 28 millions de dollars pour son siège.

“Aucune concurrence” selon Branson

Beaucoup ont donc vu dans l’annonce de Branson une manière de griller la politesse à Bezos. Une interprétation dont il se défend : “je sais que personne ne me croira, mais, honnêtement, il n’y a aucune [concurrence entre nous]”, explique-t-il à NBC. Une annonce étonnante, quand on constate les efforts déployés par les deux dirigeants pour se placer sur ce marché. Mais Branson persiste et signe auprès de CNN : pour lui, les deux entrepreneurs sont dans le même camp. “Je ne vois honnêtement pas cela comme une course à l’espace”, explique-t-il à la chaîne américaine. “Cela me ferait très plaisir que Jeff [Bezos] vienne voir notre vol. J’adorerais aussi aller voir le sien, et je pense que l’on souhaite tous les deux le succès de l’autre“.

Nous vous donnons donc rendez-vous dimanche 11 juillet prochain pour assister au décollage de Richard Branson. Ceux qui suivront jusqu’à la fin pourront aussi en savoir plus sur la fameuse “annonce très excitante pour donner à plus de monde la chance de devenir astronaute” promise par le milliardaire.