L’AISP (Association of Internet Security Professionals) tire la sonnette d’alarme sur un phénomène de plus en plus répandu, le live-streaming. Pourtant, ce dernier ne serait pas sans risque. Explications.

live_streaming_illégal_danger

Cette infographie, tirée du rapport intitulé « Illegal Streaming and Cyber Security Risks : a dangerous status quo ? » et coordonné par Fred Arndt, consultant en cybercriminalité (dont quelques-unes de ses des tribunes sont disponibles ici ), est sans appel : le danger est réel mais sous-estimé. Ce qui, évidemment, a un coût.

Qui n’a jamais cherché un lien sur internet retransmettant un programme ou match diffusé sur une chaîne cablée ?
Lors de la dernière Coupe du Monde au Brésil, cette pratique a donné des sueurs froides à BeIN notamment qui a grassement payé le droit de retransmettre les matchs de la compétition.

Cependant, à en croire le rapport, les sites proposant ce type de liens sont le repère tout trouvé des hackers en tout genre qui s’en donne à cœur joie pour infecter, pirater et subtiliser des données personnelles, parmi les publicités intempestives et autres spams.

Les chiffres publiés dans le rapport donnent le tournis alors que le streaming vidéo représente 91% du trafic internet mondial (selon les chiffres de l’OCDE) et ses adorateurs ne semblent pas prêts de faire marche arrière :
– 500 millions d’ordinateurs infectés dans le monde (soit un ordinateur sur trois) ;
– une nouvelle infection toutes les 18 secondes ;
– 80% des sites concernés hébergent des malwares sans le savoir ;
– 67 milliards de dollars sont dépensés chaque année pour des services de sécurité sur Internet ;
– 445 milliards de dollars perdus par an à cause de la criminalité sur Internet.

Illegal Video Streaming - Graphic - FR

Pour les auteurs du rapport, à problème international, réponse internationale fournie par un travail commun entre chaines de diffusion, sociétés informatiques, pouvoirs publics, chaîne de vidéos, bref l’ensemble des acteurs concernés. L’AISP délivre ainsi quelques recommandations dont la principale et plus importante serait selon eux la prévention (sur les anti-virus disponibles, les malwares, les pièces jointes potentiellement viciées, etc.) avec des campagnes de sensibilisation plus importantes autour du problème du streaming illégal.
L’intégralité du rapport est disponible en anglais.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction