NASA : le rover Curiosity perce la croûte de la planète Mars

Espace

Par Felix Gouty le

Seul sur la Planète Rouge, le rover Curiosity continue son périple dans son hémisphère sud. Récemment, la NASA a eu à cœur de lui faire percer de petits trous la surface du sol de Mars.

Forage sur Mars.
Crédits : NASA/JPL-CalTech.

Cela fait bientôt huit ans qu’il parcourt seul la surface orangée de la Planète Rouge. Curiosity, un rover (ou astromobile, en français) équipé d’un véritable petit laboratoire, n’a de cesse d’explorer Mars et de l’obliger à livrer ses secrets. Son objectif : rassembler des échantillons pour les scientifiques terriens afin de savoir si, oui ou non, le sol et l’atmosphère martienne sont favorables à la vie. Depuis peu, les géologues du Jet Propulsion Laboraty de l’Institut CalTech et de l’Agence aérospatiale américaine (NASA) ont dirigé Curiosity vers le pôle sud de la planète. Malgré les reliefs prononcés de la région, l’astromobile est parvenu à la traverser sans encombre. Aujourd’hui, il se situe à la bordure du cratère de Hutton, sur un site nommé Greenheugh Pediment. Les pédiments sont des amas de roches géologiques formés par la force du vent ou repoussés par la formation d’un bassin, d’un fleuve ou d’un océan. En l’occurrence, c’est le vent qui aurait produit ces pédiments martiens. C’est cette structure géologique que Curiosity a récemment percé de trous (comme celui, photographié par le rover, ci-dessus) grâce à son foret de 1,6 cm de diamètre.

Le 12 février, Curiosity a effectué son 24ème forage de quelques centimètres de profondeur depuis le début de sa mission, il y a plus de 2 660 jours martiens. Avant de prélever un échantillon résultant du forage, Curiosity photographie le trou sous tous les angles et bombarde la poussière produite d’un laser. Celui-ci procède à une analyse chimique et minérale pour en connaître la composition. Il y a un an, Curiosity avait offert au monde une magnifique photo à 360° du paysage martien. Il s’était éloigné du cratère de Gale pour atteindre les hauteurs escarpées du mont Sharp qu’il laisse aujourd’hui derrière lui. Enfin, en décembre dernier, la NASA annonçait avoir découvert de l’eau glacée dans l’hémisphère nord de la planète. Les astronomes projètent donc d’étudier cette zone géographique de plus près dans les prochaines années à l’aide, peut-être, d’un nouveau rover.

Chroniques martiennes
91 Commentaires
Chroniques martiennes
  • 336 Pages - 12/08/2002 (Publication Date) - Folio (Publisher)

Source: Clubic