Xbox (Series X) : un hacker en possession d’informations sur son GPU réclamerait 100 millions de dollars à AMD

Jeux Vidéo

Par Felix Gouty le

Une pirate aurait mis la main sur les codes sources de systèmes attachés à plusieurs GPU conçus par AMD, dont celui de la prochaine Xbox. Elle réclamerait 100 millions de dollars pour ne pas les diffuser sur Internet, aux yeux de la concurrence. AMD a ouvert une enquête.

Crédits : Kevin Ku / Unspalsh.

Le point commun entre les composants des prochaines consoles de neuvième génération, Xbox (Series X) et PlayStation 5, se nomme AMD. Ce fabricant américain se positionne ainsi à la pointe des technologies qui définissent déjà le futur du jeu vidéo. Néanmoins, le travail d’AMD n’est pas seulement très prisé de Microsoft et Sony mais aussi des hackers. En effet, certains semblent déterminés à s’emparer d’informations confidentielles sur ces technologies que AMD ne voudrait pas retrouver entre les mains de la concurrence. Le fabricant de cartes graphiques et de microprocesseurs a confirmé, dans un communiqué, avoir actuellement affaire un tel individu.

Ce dernier aurait mis la main sur les codes sources des systèmes attachés à plusieurs composants. Selon AMD, il aurait même contacté l’entreprise en décembre 2019, publiant certaines données en ligne, sur GitHub, avant qu’elles ne soient supprimées. Aujourd’hui, cette pirate auto-proclamée, interrogée par TorrentFreak, affirme posséder d’autres données industrielles confidentielles relatives aux matériels informatiques suivants : les GPU, de dernière génération, Navi 10 et Navi 21 ainsi que le GPU “Arden” qui armera la future Xbox. La hackeuse réclamerait 100 millions de dollars en échange de ses informations, obtenues à partir d’un ordinateur piraté. Autrement, elle compte diffuser le tout sur Internet, à la vue de tous. En réponse, AMD a indiqué, dans un communiqué, “ne pas être préoccupé” : “les propriétés intellectuelles informatiques volées ne peuvent pas nous handicaper face à la compétition ou nous mettre en danger d’un point de vue de cybersécurité.” La firme aurait, depuis, ouvert une enquête criminelle. Ce n’est pas la première fois que des informations technologiques liées à des consoles de jeux vidéo se sont retrouvées entre les mains de hackers. Il y a quelques années, un pirate s’était introduit à plusieurs reprises dans des serveurs industriels de Nintendo. Il a depuis plaidé coupable et a été condamné.

Source: EnGadget