Cette initiative de recherche sur le virus SARS-CoV-2 est plus puissante que 500 supercalculateurs

Ordinateurs

Par Felix Gouty le

Le réseau [email protected], voué à l'analyse de données de structures moléculaires comme celles du coronavirus du COVID-19, est désormais aussi puissant que les 500 meilleurs supercalculateurs du monde, comme le Summit d'IBM.

Crédits : Oak Ridge National Laboratory / Flickr.

L’union fait la force mais aussi la puissance de calcul. Le mois dernier, l’université de Stanford a initié un nouveau volet consacré au COVID-19, dans le cadre de la campagne de recherche collaborative appelée [email protected]. Similaire à l’opération déjà existante [email protected] de recherche de vie extra-terrestre, elle met en commun les puissances de calcul de GPUs de volontaires au sein d’un réseau partagé pour traiter plus rapidement de gros volumes de données nécessaires à la recherche scientifique. [email protected] s’intéresse actuellement aux recherches concernant la structure moléculaire du coronavirus SARS-CoV-2. Aujourd’hui, cette initiative est devenue le plus puissant supercalculateur au monde. Dans une annonce sur Twitter, l’association [email protected] a déclaré que la puissance de calcul collective mobilisée effectuait actuellement jusqu’à 2,4 milliards de milliards d’opérations, ou exaflops (1018), par seconde.

Cet équivalent des “500 meilleurs supercalculateurs combinés” dépasse donc même le Summit d’IBM, pourtant réputé comme le plus puissant de la planète et qui reste le plus efficace à effectuer rapidement de grosses opérations. Celui-ci utiliserait des milliers de GPUs à la fois pour atteindre jusqu’à 200 pétaflops (1017). Plus d’un millions de joueurs et autres volontaires participent à générer la puissance de calcul de [email protected] Ils n’ont eu qu’à télécharger un logiciel qui exploite les versants informatiques non-utilisés de leur GPU pour puiser dans la puissance de calcul inexploitée et la partager au réseau [email protected] Ce dernier a ainsi été l’un des premiers à permettre de modéliser et donc de permettre aux chercheurs de visualiser la protéine membranaire “Spike”, qui ouvre la voie au coronavirus à l’intérieur des cellules cibles, en action (voir ci-dessous). Grâce à ces 2,4 exaflops de puissance, [email protected] traiterait 6 térabits de données par heure.

Wargames [Édition 30ème...
1 608 Commentaires
Wargames [Édition 30ème...
  • Matthew Broderick, Dabney Coleman, John Wood (Actors)
  • John Badham (Director)
  • Audience Rating: Tous publics