Dyson lève enfin le voile sur sa voiture électrique avortée

Automobile

Par Felix Gouty le

Annulé en octobre 2019, le projet de Dyson d’entrer sur le marché de l’automobile avec une nouvelle voiture électrique ambitieuse restait intriguant. À l’occasion d’un portrait avec un journal anglais, l’homme le plus riche du Royaume-Uni a finalement dévoilé le fameux prototype, en images.

Une Tesla Model 3.
Crédits : Vlad Tchompalov / Unsplash.

L’un des projets les plus ambitieux et secrets du secteur de l’automobile vient de se dévoiler, même s’il ne verra jamais le jour. Dyson, le constructeur électroménager britannique mondialement connu pour ses aspirateurs, a laissé The Sunday Times Magazine présenter au monde entier son révolutionnaire prototype de voiture électrique, avorté en octobre 2019. « J’ai dépensé plus d’un demi-milliard de livres dans cette voiture », a déclaré le célèbre Sir James Dyson au journal anglais. Ce dernier venait de le sacrer – plus précisément, sa famille et lui – comme l’homme le plus riche du Royaume-Uni en 2020 avec 16,2 milliards de livres en poche. Des photos exclusives du fameux véhicule sont à retrouver dans le portrait consacré à James Dyson dans le Sunday Times (ci-dessous).

Selon les informations désormais dévoilées, celle qui devait concurrencer les voitures Tesla d’Elon Musk en Europe, au nom de code « N526 », semblait avoir de quoi conquérir le monde – pour ceux qui étaient prêts à l’aider et à payer le prix fort. Son prix était en effet estimé à 150 000 livres minimum l’unité. « Elle devait faire cinq mètres de long, deux mètres de large et 1,7 mètres de hauteur », explique le fondateur de l’entreprise Dyson, « et avoir les plus grosses roues de n’importe quelle voiture sur le marché actuellement. » Malgré sa taille imposante et ses sept places, la N526 devait être capable de dépasser les 100 kilomètres par heure en 4,8 secondes. Grâce à une batterie électrique « à électrolyte solide » spécialement développée par Dyson, elle devait surtout proposer une autonomie de plus de 965 kilomètres. Cette ambition démesurée se reflétait apparemment à l’intérieur de l’habitacle du véhicule : les sièges étaient conçus pour le confort des lombaires et le tableau de bord était un hologramme projeté sur le pare-brise. Si l’entreprise dit bel et bien avoir abandonné l’idée de se lancer dans la course à l’automobile électrique, elle compterait bien exploiter sa nouvelle technologie de batterie électrique « solide » avec le reste du marché.

100 ans d'automobile: Tous les...
  • automobile|9782344030295|Larry Edsall
  • Glénat Livres (Publisher)