Neuralink : Elon Musk devrait faire une démo spectaculaire ce vendredi

Science

Par Antoine Gautherie le

Ce vendredi, Elon Musk va présenter les dernières avancées de sa fameuse interface cerveau-machine Neuralink. Une échéance très attendue, puisque l’entrepreneur devrait faire une démonstration en direct de décharges neuronales.

© geralt – Pixabay

Vendredi se tiendra la présentation du Neuralink, l’interface cerveau-machine (BCI)estampillée Elon Musk. Celle-ci est très attendue pour de nombreuses raisons, dont deux particulièrement excitantes : des essais sur l’Homme, et une démonstration en direct de décharges neuronales.

Neuralink, c’est une technologie qui a vocation à “atteindre la symbiose avec l’intelligence artificielle”. Pour cela, un robot implante un petit appareil derrière l’oreille de l’utilisateur, dans le crâne. A partir de cet appareil, des fils microscopiques et bardés d’environ 3000 électrodes sont implantés directement dans le cerveau. Sur le papier, les possibilités sont immenses. L’une des principales vocations de Neuralink, c’est d’assister les personnes en situation de handicap ou paralysées. Mais pas uniquement : Musk a déjà évoqué pêle-mêle des utilisations aussi hétéroclites qu’ambitieuses (ou fantaisistes selon l’interlocuteur). “Soigner Alzheimer”, “éliminer l’autisme”, soigner des maladies nerveuses ou des problèmes psychologiques, soulager l’anxiété ou la dépression… Et les intérêts potentiels ne s’arrêtent pas à la médecine. En théorie, il sera aussi possible d’ouvrir des portes, de passer des appels ou encore d’écouter de la musique.

Connaissant le penchant de Musk pour les annonces (très) osées, nous nous garderons bien de tirer des conclusions avant d’en avoir vu plus; certains épisodes comme celui de la vitre “pare-balles” du Cybertruck font office de précédent et incitent à la prudence. Mais il faut admettre que son enthousiasme suscite une certaine curiosité quant à la présentation de vendredi. Va-t-il déjà annoncer des essais sur des humains? C’est assez peu probable mais pas exclu. La vraie attraction de vendredi sera cependant sans doute le test de décharge neuronale.

Une démonstration très attendue

Pour fonctionner, notre corps se base sur un vaste système de communication interne qui fonctionne grâce au système nerveux. L’un de ses acteurs majeurs est le neurone. Il en existe plusieurs types, mais globalement, tous fonctionnent grâce à des signaux électriques et chimiques : on parle de décharge neuronale. C’est précisément ce phénomène que Musk souhaite montrer en direct. Sur quel support, et de quelle façon ? C’est là toute la question. Car c’est là que repose la base de la technologie de Neuralink : si ses ingénieurs sont parvenus à stimuler des neurones précis sur commande grâce à leur appareil, la preuve de concept de leur technologie sera bel et bien là. Mais il faudra certainement en montrer bien davantage pour convaincre les spécialistes. En effet, l’idée de la BCI n’a rien de nouveau; des chercheurs sont déjà parvenus à réaliser des exploits en la matière. Une équipe chinoise était par exemple parvenue à radio-commander un rat, tandis que des chercheurs américains ont réussi à contrôler la main d’un collègue.

Mais ces technologies ont fait des bonds de géants depuis. En témoigne le papier de recherche émis par Neuralink, qui détaille le fonctionnement de l’interface et du robot d’implantation. On espère donc que Musk nous impressionnera, et que son test en direct fonctionnera mieux que celui du Cybertruck. Le cas échéant, la suite sera un long chemin de croix vers le début des premiers essais cliniques. Rendez-vous vendredi pour savoir si les troupes de Musk ont effectivement réussi à passer ce palier !

La révolution Tesla: Comment...
5 Commentaires