Twitter : les super-follows ne sont plus très loin

apps

Par Julie Hay le

Twitter planche sur une fonctionnalité qui s'inspire de Patreon et prévoit d'offrir un accès exclusif à certains contenus en échange d'un abonnement payant.

Twitter
© Alexander Shatov / Unsplash

Twitter met l’accent sur la rémunération de ses créateurs. Quelques mois après avoir introduit Tip Jar, une nouvelle option qui permet d’offrir ou de recevoir des pourboires sur la plateforme, l’oiseau bleu planche sur un nouveau modèle de rémunération. Inspiré de Patreon, ce système permettra aux créateurs d’offrir un accès exclusif à certains contenus en échange d’un abonnement payant. Estimée à hauteur de 4,99 dollars par mois, cette formule baptisée Super Follows pourrait être déployée dans les prochaines semaines selon la spécialiste du reverse ingeneering Jane Manchun Wong.

Selon elle, seuls les utilisateurs suivis par plus de 10 000 personnes pourront en profiter. Ils devront également avoir posté plus de 25 tweets sur les 30 derniers jours et être majeurs pour rejoindre le programme. Sur son compte, Jane Manchun Wong, qui se trompe rarement, a découvert les différentes catégories qui seront proposées. En plus des traditionnels podcasts, vidéos et sport, elle a remarqué la présence des dénominations “Adult Content” et “Only Fans”. Pour l’instant, Twitter n’a pas souhaité répondre aux sollicitations de The Verge sur le sujet.

Twitter bloqué au Nigeria

En marge de ces annonces, Twitter est aussi au cœur de l’actualité au Nigeria. Le réseau social a été suspendu indéfiniment dans le pays après qu’un tweet du président ait été supprimé par la plateforme. Selon l’oiseau bleu, ce dernier enfreignait les règles d’utilisation de sa plateforme. Épinglée pour “comportement abusif”, la publication suggérait que des punitions seraient infligées à tous les sécessionnistes du pays. Selon CNN, la publication indiquait : “Beaucoup de ceux qui se conduisent mal aujourd’hui sont trop jeunes pour être conscients des destructions et des pertes de vies humaines survenues pendant la guerre du Biafra. Ceux d’entre nous dans les champs de batailles depuis 30 mois, et qui ont traversé la guerre, les traiteront dans une langue qu’ils comprennent”. Pour rappel, la guerre du Biafra est une guerre civile qui s’est déroulée au Nigeria entre le 6 juillet 1967 et le 15 janvier 1970. Elle a été déclenchée par la sécession de la région orientale du pays, qui s’était alors auto-proclamée République du Biafra et qui a entraîné la mort d’un à deux millions de de personnes.

Cette suspension du réseau social inquiète largement Amnesty International. Sur Twitter, l’organisation non-gouvernementale a appelé le pays à rétablir l’accès au réseau social dans les plus brefs délais et à annuler immédiatement “les autres plans visant à bâillonner les médias, à réprimer l’espace civique et à porter atteinte aux droits humains des Nigérians.” De son côté, le réseau social de Jack Dorsey à annoncer être “profondément préoccupé par le blocage de Twitter au Nigeria. L’accès à l’Internet gratuit et #OpenInternet est un droit humain essentiel dans la société moderne.” Il explique travailler activement à la restauration de l’accès pour tous les habitants du pays.