App Store : au tour de l’Allemagne de s’intéresser au prétendu monopole d’Apple

Apple

Par Remi Lou le

L’étau se resserre sur l’App Store et les prétendues pratiques anti-concurrencielles d’Apple. L’autorité de la concurrence allemande vient, à son tour, d’ouvrir une enquête.

Apple
© Andy Wang / Unsplash

Depuis la fin de l’année dernière, les affaires se cumulent à l’encontre du géant californien et de ses pratiques avec l’App Store. On se souvient notamment du procès d’ampleur qui s’est ouvert à ce sujet outre-Atlantique et qui opposait Epic Games à Apple.

Force est de constater que, de notre côté de l’Atlantique, l’heure n’est pas non plus aux réjouissances. Tandis que la Commission européenne a décidé d’engager des poursuites contre Apple pour « abus de position dominante » sur le secteur de la musique en streaming, le Royaume-Uni a lui aussi ouvert une enquête sur de présumées pratiques anticoncurrentielles d’Apple avec son App Store.

Cette fois, c’est au tour de notre voisin outre-Rhin de se pencher sur l’éventuel monopole de la marque à la Pomme. La Bundeskartellamt, autorité de la concurrence allemande, vient en effet d’ouvrir une enquête sur les pratiques d’Apple.

De nombreuses plaintes à l’encontre d’Apple et son App Store

Dans un communiqué, la Bundeskartellamt nous explique que cette enquête s’ouvre après un certain nombre de plaintes à l’encontre du géant californien, notamment de la part de développeurs qui estiment ne pas avoir les moyens de concurrencer les services d’Apple. D’autres plaintes s’interrogent quant à elle du bien-fondée des nouveautés d’iOS permettant de bloquer les trackers et les empêchant de faire de la publicité ciblée.

Pour l’heure, Apple n’a pas encore à s’inquiéter, et il faudra des mois voire des années d’enquête avant que l’autorité allemande ne se décide de prendre des mesures concrètes à son encontre. Néanmoins, cette avalanche d’affaires concernant les pratiques prétendument anti-concurrentielles d’Apple avec son App continuent de donner du grain à moudre aux détracteurs de la Pomme et à ceux qui veulent en limiter l’action.

Aux États-Unis, un membre du Parti démocrate avait ainsi révélé quelques détails à propos d’une réforme visant Apple et d’autres géants du numérique. Cette proposition pourrait notamment empêcher la firme de Cupertino de pré-installer certaines de ses propres applications sur ses appareils, comme Apple Music, par exemple, afin de faire respecter les règles de la concurrence entre les différents services existants. Reste à voir quelle tournure vont prendre les choses, notamment dans nos contrées, et si le sacro-saint écosystème d’Apple ne pourrait pas finir par souffrir de ces affaires.

Source: 01net