Apple VS Union européenne : la guerre est déclarée

Apple

Par Remi Lou le

L’Union européenne se décide à attaquer Apple pour « abus de position dominante » sur le secteur de la musique en ligne.

© Jimmy Jin / Unsplash

Alors qu’Apple est embourbé dans un procès majeur contre Epic Games outre-Atlantique, et qu’outre-Manche, le Royaume-Uni se pose aussi des questions sur l’éventuel monopole exercé par la firme, l’Union européenne rejoint le combat. La Commission européenne va ainsi engager des poursuites contre Apple pour « abus de position dominante », plus précisément sur le secteur de la musique en streaming.

La suite de l’affaire « Spotify VS Apple »

Cela fait suite à la plainte déposée il y près de deux ans par Spotify contre Apple à Bruxelles. Le géant suédois de la musique en ligne accusait alors la firme californienne de maintenir une position dominante sur son secteur en imposant des règles contraignantes aux développeurs tout en délivrant des services similaires, comme dans le cas d’Apple Music.

Cette plainte de Spotify reposait principalement sur la commission de 30% prélevée par la firme à chaque achat passant par son App Store — passant à 15% la seconde année — seul moyen de proposer des applications sur les appareils mobiles d’Apple. « Si nous payions cette taxe, cela nous obligerait à gonfler artificiellement le prix de notre abonnement Premium bien au-dessus du prix d’Apple Music. Et pour que nos prix restent concurrentiels pour nos clients, nous ne pouvons pas le faire » avait argumenté Daniel Ek, PDG de Spotify, au printemps 2019.

L’Union européenne accuse aujourd’hui Apple de ne pas informer ni même permettre aux développeurs de proposer des moyens de paiement alternatifs à l’App Store sur leurs applications. De ce fait, Apple est accusé d’évincer ses concurrents et de « fausser la concurrence » avec son App Store.

Apple monte au créneau

Apple n’a pas attendu bien longtemps avant de réagir par un communiqué relayé par Le Monde. « Le cœur de cette affaire est la demande de Spotify de pouvoir faire de la publicité pour des offres hors application à partir de leur propre application iOS, une pratique qui n’est autorisée dans aucun des stores du monde. Une fois encore, ils veulent bénéficier de tous les avantages de l’App Store mais ne considèrent pas devoir payer quoi que ce soit en contrepartie » explique le géant californien, tout en affirmant que « l’argument de la Commission en faveur de Spotify est le contraire de la concurrence loyale. »

Reste à voir quelle tournure va prendre cette affaire, même si l’Union européenne pourrait avoir quelques arguments forts, comme le notait Reuters début mars, qui prévoyait une sanction historique à l’encontre du californien. Dans tous les cas, cela ne tombe pas très bien pour Apple, qui lance justement aujourd’hui quelques nouveaux produits, à commencer par son fameux AirTag ou encore un nouvel iPhone 12 mauve.

Source: Le Monde