Dossier

Sélection – Ces jeux indés sortis sur Switch pendant vos vacances

Jeux-Video

Par Jules le

Parce qu’on ne veut pas que cette rentrée soit trop triste, nous revenons sur cinq des jeux indés les plus intéressants sortis cet été sur Switch.  

Une mauvaise nouvelle pour commencer : les vacances sont terminées. Eh oui, c’est comme ça que voulez-vous. Sauf pour les septembristes apparemment, mais il faut toujours que ces gens fassent les intéressants.

Ne soyez pas déprimés pour autant, nous allons donner un petit goût de détente à cette rentrée en revenant sur les titres indés sortis sur Switch ces trois derniers mois. Car oui, pendant que certains collectionnaient les coups de Soleil à la plage, et que d’autres se découvraient une passion pour les ampoules et les cloques lors de trekking en pleine nature, le catalogue de la console hybride de Nintendo ne s’est pas reposé.

Si vous êtes familier avec notre (imposante) sélection de jeux Switch, vous vous rendrez rapidement compte que la plupart des titres de ce petit tour d’horizon sont ceux que nous attendions avec un intérêt non feint cette année. Pour les autres, c’est l’occasion de (re)découvrir une brochette de perles indés qui égayeront votre reprise du boulot.

Into the Breach

Déjà responsable de l’addictif FTL, Subset Games a surpris tout le monde au début de l’année en sortant Into The Breach, un titre qui pourrait figurer sans problèmes dans la liste des drogues dures. Moins aléatoire que son aîné, ce jeu de stratégie en vue isométrique mobilisera tout autant vos capacités de réflexion.

Sur un plateau de 64 cases, vous devrez diriger tour par tour une escouade de trois mechas, afin d’empêcher une palanquée de gros monstres de détruire vos précieuses villes. Pas question de foncer tête baissée pour autant, puisque vos attaques pourront, elles aussi, avoir des conséquences désastreuses sur vos cités. Un titre où l’anticipation règne en maîtresse, qui n’avait finalement que pour seul défaut de ne pas être sortie sur Switch à l’époque. Une erreur qu’a corrigée Subset Games le 27 août dernier.

Hollow Knight

Il se sera fait désirer, mais il est enfin là ! Hollow Knight, l’excellent jeu de plateforme mâtiné de metroidvania de Team Cherry, sorti en 2016, a profité de la période estivale pour débouler sur la Switch. Loin de réinventer le genre, Hollow Knight se l’approprie et le sublime. Que ce soit dans l’écriture, la direction artistique, le level design, le bébé de Team Cherry vous offrira une exploration constamment ponctuée de surprises.

Malgré l’absence de ligne directrice dans la progression, qui offre une véritable liberté au joueur, mais peu en rebuter certains (même la carte demandera un peu d’huile de coude de votre part pour être plus lisible), pas question de parcourir les niveaux en baguenaudant. Eh oui, les différentes bosses auront tôt fait de punir votre flânerie.

Iconoclast

Huit années auront été nécessaires avant de le voir débouler sur nos glorieuses machines, et 8 mois supplémentaires pour qu’il s’offre une sortie sur Switch. Mais puisqu’on manque de bons metroidvania sur la console hybride de Nintendo, on pardonne sans hésiter une seconde à Bifrost Entertainment d’avoir pris son temps pour adapter Iconoclast dans une version à emmener partout avec nous.

Il faut dire que le bébé de Joakim “Konjak” Sandberg en a à revendre. Fort d’une direction artistique magnifique, le jeu nous livre une aventure prenante, portée par un gameplay qui à défaut d’être novateur sait suffisamment se renouveler pour surprendre le joueur et le pousser à suivre le jeu dans ces derniers moments. Sans compter sur une écriture drôle et parfois touchante.

The Messenger

Regardez-ça si ce n’est pas injuste : il n’y en a que pour les fans de metrodvania. Et les fans de Ninja Gaiden, on y pense ? Eh bien… Oui, Sabotage Studio et Devolver (encore eux, évidemment) ont pensé à tous les fans des plateformers d’action des années 90 (voire 80 pour certains) en deuil depuis deux décennies en dégainant The Messenger.

Bien qu’il souffre d’une baisse de rythme dans sa deuxième moitié, ce jeu de plateforme exigeant biclassé action ne se contente pas de rendre un simple hommage aux titres 8 et 16 bits qui ont donné ses lettres d’or au genre. The Messenger fait montre de mécaniques faciles à prendre en main, mais qui requiert par moment une précision de serpent. Outre un twist plutôt rigolo à la moitié du jeu, The Messenger jouit d’une bande-son qui ravira tous les amateurs de chiptune et d’une écriture qui détendra les zygomatiques de plus d’un.

Dead Cells

Bien parti pour être l’un des meilleurs prétendant au jeu de l’année, Dead Cells est sorti sur Switch au milieu de l’été. Le génie de du jeu des Français de Motion Twin repose sur sa parfaite alchimie entre metroidvania, rogue-lite et hack and slash pour sa partie loot. Dans ce sublime jeu en pixel art 2D, la mort est en effet définitive, mais chaque run permet de débloquer de nouveaux objets et capacités spéciales qui poussent le joueur à toujours relancer une partie. Ajoutez à cela des niveaux générés aléatoirement, un bestiaire varié et un challenge particulièrement relevé pour lui assurer une durée de vie conséquente.

Les qualités de Dead Cells sont innombrables. Mais à ce game design aux petits oignons et à l’humour noir qui touche juste, Motion Twin est parvenu en plus à intégrer un système de combat nerveux et exigeant. Les configurations de combats sont innombrables et assurent à elles seules pratiquement tout l’intérêt du jeu. Si vous n’avez qu’un jeu indé à prendre sur Switch, c’est bien celui là. Vous ne le regretterez pas.