Test

Xiaomi Black Shark : notre test de la nouvelle référence du smartphone gaming

Android

Par Camille Suard le

En novembre 2017 sortait le Razer Phone, annonçant le début d’une toute nouvelle tendance : le smartphone orienté gaming. Outre le Honor Play et le Nubia Red Magic que nous avons déjà testé et le futur ROG Phone d’Asus, Xiaomi espère aussi tirer son épingle du jeu avec le Black Shark. Sorti il y a quelques mois en Chine et disponible à l’import depuis, le téléphone pour les joueurs arrive enfin dans l’hexagone. Pour moins de 500 euros, le Xiaomi Black Shark propose une belle fiche technique, une expérience logicielle optimisée pour le jeu, un design tout particulier et un gamepad pour jouer dans de meilleures conditions. Est-ce que tout ceci suffit à contenter les joueurs ? Notre réponse dans ce test.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, voici la fiche technique du Xiaomi Black Shark.

NomXiaomi Black Shark
Taille de l'écran- Dalle LCD de 5,99 pouces au format 18:9
Définition de l'écran- Full HD+ (2160 × 1080 pixels)
SoC- Processeur octa-core Qualcomm Snapdragon 845 (10 nm)
- GPU Adreno 630
Logiciel- Android 8.1 Oreo
- Interface pour la partie jeu : JoyUI
Mémoire vive- 6 Go ou 8 Go
Mémoire interne- 64 Go ou 128 Go
Port Micro-SD- Non
Batterie- Batterie de 4000 mAh
- Recharge rapide compatible Qualcomm Quick Charge 3.0
Appareil photo dorsal- Double module photo 12 + 20 MP
- Premier capteur : 12 MP, objectif ouvrant à f/1.8
- Second capteur : 20 MP Objectif ouvrant à f/1.8, mode portrait
- Option IA
Appareil photo frontal- Capteur de 20 MP (f/2.2)
Dimensions161,6 × 75,4 × 9,3 mm
Poids190 grammes
Carte SIM- 2 ports nano-SIM
Capteur d'empreintes digitalesOui (à l'avant)
Connectique- WiFi a/b/g/n/ac (2.4GHz et 5GHz)
- Bluetooth 5.0 LE
- A-GPS+GLONASS, Galileo, BeiDou
- NFC
- Port USB Type-C
Prise jackNon (adaptateur fourni)
Etanchéité à l'eauNon
ConnectivitéCompatible avec toutes les bandes de fréquences 4G françaises
ColorisNoir
Prix- 499 euros (6/64 Go)
- 549 euros (8/128 Go)

Le Black Shark au meilleur prix

[nextpage title= »Design et écran »]

Design et Écran

À première vue, lorsque l’on regarde la face avant de ce Black Shark, rien ne nous indique qu’il s’agit d’un smartphone un peu spécial. Xiaomi opte pour des angles arrondis, un écran de 5,99 pouces flanqué de bordures noires, avec pour celle du haut un large haut-parleur et une caméra et celle du bas un capteur d’empreintes. Les boutons de déverrouillage et de volume se trouvent sur la tranche droite et de l’autre côté, on trouve le tiroir à carte Sim ainsi qu’un bouton slider pour enclencher le mode Shark Space, dont l’utilité sera abordée plus tard. Enfin, nous retrouvons sur le côté inférieur deux haut-parleurs séparés par un port USB Type-C et… c’est tout. Si vous souhaitez brancher votre prise jack, vous pouvez toujours utiliser l’adaptateur fourni avec l’appareil.

Tout cela lui confère un look très classique et discret. Et puis, en regardant de plus près, on s’aperçoit que son écran est entouré d’un fin châssis en aluminium de couleur vert pomme. C’est une fois retourné qu’il se distingue. Je ne sais pas si c’est la couleur verte qui me fait cet effet-là, mais j’ai l’impression de tenir un ovni entre les mains. Au centre est apposé le logo avec une LED qui s’illumine quand vous recevez un coup de fil ou une notification. Il est entouré d’un nouveau châssis vert, avec une forme qui pourrait s’apparenter à un sablier. Malgré ses jeux de relief, le dos de l’appareil s’avère particulièrement glissant. Le double module photo a été placé lui tout en haut. Qu’on adhère ou non à ce style, pour le coup très éloigné du monolithe des Razer Phone, le design a l’avantage de ne pas paraître cheap.

Xiaomi a fait le choix d’une dalle LCD de 5,99 pouces d’un format 18:9 et une définition Full HD+. Elle est agréable à l’œil : lumineuse, avec de bons contrastes et une colorimétrie plutôt bien calibrée. Sachez qu’il est possible de choisir un autre profil comme le “mode naturel” et de jouer avec la température des couleurs dans les paramètres de l’écran. Le constructeur a intégré la puce Pixelworks consacrée à l’affichage, qui permet entre autres de vous préserver de la fatigue oculaire et d’améliorer la qualité et précision des rendus.

[nextpage title= »Performances, logiciel, et autonomie »]

Performances et logiciel

Un smartphone gaming se doit de proposer une fiche technique aux specs musclées. Il n’est donc pas surprenant que le choix de Xiaomi se soit porté sur la puce mobile la plus performante de Qualcomm, le Snapdragon 845. Celle-ci est couplée à 6 ou 8 Go de RAM et 64 Go ou 128 Go de mémoire interne – ce qui est plutôt bienvenu étant donné qu’on ne peut pas insérer de carte micro SD. Les résultats aux tests de benchmarks sont bons et dépassent les scores obtenus sur les Honor Play et Nubia Red Magic.

L’expérience au quotidien fait preuve de fluidité, même avec le modèle 6 Go/64 Go que nous avons testé. Le hic, c’est qu’il a tendance à vite chauffer… le comble pour un smartphone conçu pour le jeu ! Bon, fort heureusement, la température ne dépasse jamais des seuils intolérables : vous pouvez toujours le tenir en main sans vous brûler les doigts non plus, même après une longue session.

Quand on parle de smartphones de Xiaomi, on pense tout de suite à sa surcouche logicielle MIUI. Si elle est présente sur le Black Shark commercialisé dans sa région natale, il n’en est rien pour sa version globale. Ici, on se rapproche plus d’une version stock d’Android. La version Oreo 8.1 nous offre ce que l’on connaît déjà : une interface claire, un tiroir d’application, l’écran partagé, les services de Google, etc.

Mais qui dit smartphone gaming, dit personnalisation et optimisation ! Xiaomi nous a tout de même concocté Joy UI, une interface dédiée à l’expérience de jeu avec notamment la présence du Shark Space. Pour faire apparaître ce dernier, il suffit de faire glisser le bouton situé sur le côté gauche de l’appareil. L’idée est de créer un véritable espace de jeu dédié, un peu comme si vous allumez votre console. Tous les jeux installés sur votre smartphone sont normalement réunis ici, auquel cas vous pouvez les ajouter manuellement. Ce mode fait basculer automatiquement l’écran en mode paysage et offre plusieurs options bienvenues comme booster les performances, gérer la priorité de vos notifications voire des les désactiver, faire disparaître les boutons de navigations et gérer votre gamepad.

Parlons-en justement, de ce gamepad. Celui-ci est fourni avec le téléphone et ne dénote pas avec le style de ce dernier. Pour s’en servir, il faut d’abord clipser le smartphone à la coque délivrée dans le packaging. Ensuite, rien de plus facile, l’accessoire se glisse de n’importe quel côté de l’appareil. Notons que ce gamepad a sa propre batterie de 150 mAh et qu’il convient de le recharger à l’aide d’un câble USB Type-C. Il est censé être autonome pendant une trentaine d’heures et se recharge lentement malheureusement (un peu plus de trois heures). Pour le connecter à votre smartphone, activez votre Bluetooth et appareillez-le. Dans le mode Shark, vous pouvez configurer les boutons et le joystick, même en pleine partie. Et là, on peut passer aux choses sérieuses ! Le stick, grâce à sa texture granuleuse accroche bien le pouce et apporte une vraie plus-value à l’expérience. Pour ceux qui n’apprécient pas le tout tactile et qui ne veulent pas s’embêter avec l’installation d’un autre gamepad, ça convient parfaitement !

Autonomie et recharge

Le Black Shark embarque une généreuse batterie de 4000 mAh, ce qui lui permet de tenir sur la durée malgré une utilisation poussée de ses performances. Vous pouvez passer sans problème une bonne journée et demie à surfer sur Internet, envoyer des messages, consulter les RS et jouer aux jeux les plus gourmands. Il profite par ailleurs de la recharge rapide Qualcomm Quick Charge 3.0 : il retrouve 100 % de sa batterie en heure et demie environ.

[nextpage title= »Photo et vidéo »]

Photo et vidéo

Si le Mi Mix 2S et la famille des Mi 8 optaient pour un même et très bon double module photo à l’arrière, le Black Shark propose un tout autre appareil photo, malheureusement : un premier capteur de 12 Mégapixels avec un objectif ouvrant à f/1.75 et un deuxième capteur de 20 Mégapixels, pour le mode portrait, avec un objectif ouvrant de f/1.75. Il est compatible HDR et intègre par ailleurs un mode intelligence artificielle qui peut être désactivé. L’IA permet d’améliorer les rendus en basses lumières, mais en plein jour, cela aura tendance à trop accentuer les couleurs et faire perdre le côté assez naturel des clichés. La qualité globale n’est pas à déplorer, surtout en extérieur où les détails sont au rendez-vous. Quand la lumière vient à manquer, notamment en intérieur, on observe un traitement logiciel un peu lourd : l’effet lisse supprime les détails que l’on avait dans de meilleures conditions. Notons que l’utilisation de l’appareil photo n’est pas des plus agréables : la mise au point se veut capricieuse et le manque de stabilisation déconcerte.

En basses lumières, ce n’est pas si mal, mais il ne faut pas s’attendre à des miracles comme pour les plus hauts de gamme de la marque. La palette des couleurs en prend un coup et bien souvent, un voile jaune s’installe sur les photos. Le niveau de détails est aussi moins important et on note la présence de bruit.

À l’avant, Xiaomi a placé une caméra de 20 Mégapixels avec un objectif ouvrant à f/2.2. Petite déception, les couleurs manquent d’éclat et les détails ne sont pas légion. Ça reste convenable cependant pour partager un petit selfie sur les réseaux sociaux. Vous l’aurez compris, sans être catastrophique, la partie photo n’a pas été logée à la même enseigne que le reste de l’appareil. Xiaomi s’est concentré sur l’orientation gaming du Black Shark.

Côté vidéo, il est capable de filmer avec une définition Full HD 1080p ou 4K à 30 fps. Comme pour la photo, la mise au point reste problématique, mais les couleurs se rapprochent assez bien d’un rendu naturel.

[nextpage title= »Prix, disponibilité, galerie photo et conclusion »]

Prix et disponibilité

Après des mois de disponibilité en Chine, le Xiaomi Black Shark débarque officiellement en France ce 16 novembre 2018. Il existe deux versions : une première plus abordable de 499 euros avec 6 Go/64 Go et une deuxième à 549 euros, plus robuste, avec 8 Go/128 Go. Résultat, le modèle de base peut vous revenir à 399 euros et le second à 469 euros. Une bonne affaire, en attendant d’en savoir un peu plus sur son successeur, le Black Shark Helo.

Le Black Shark au meilleur prix

Galerie Photos

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Xiaomi annonce le Black Shark Helo