[Redevance TV] Hollande dit non à l’élargissement aux objets connectés

Gadget

Par Elodie le

François Hollande a mis un terme aux tergiversations et autres spéculations apparues ces derniers mois concernant l’élargissement de l’assiette de la redevance TV aux objets connectés (smartphones, tablettes, ordinateurs et box) : c’est non. Est-ce le signe d’un retour à la publicité après 20 heures sur France Télévisions et/ou d’une augmentation de la redevance ?

élargissement_redevance_tv_smartphones_pc_tablettes-hollande_non

C’est la cacophonie au sein du gouvernement. Le sujet de la redevance TV sera-t-il celui de la discorde ?

Si tout le monde s’accorde sur le fait que la redevance TV imposable aux seuls détenteurs d’une télévision est « injuste », personne ne semble trouver de terrain d’entente sur l’élargissement de son assiette.

Les supports numériques sont, certes, dans la ligne de mire, mais le(s)quel(s) choisir ? Tablettes, smartphones, ordinateurs, box ou tous ceux là à la fois ?

La rentrée à peine entamée, la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin rejetait l’option d’une redevance étendue aux smartphones et autres tablettes (pourtant évoquée) et lançait l’offensive sur les box internet, affirmant que c’était « une option sur la table ».

« J’ai regardé les nouveaux modes de consommation de la télévision. Beaucoup passent par les box et non plus par l’antenne râteau. Et donc, on a regardé ce que donnerait l’extension aux box. Il n’est pas question de taxer les smartphones et les tablettes. » (Fleur Pellerin)

Le sujet est d’autant plus sensible, qu’à peine intronisée et en charge, la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, remet sur la table le retour de la publicité sur les chaines publiques après 20 h, réclamant ainsi « le fromage et le dessert, c’est-à-dire plus de redevances et plus de pub ».

redevance_tv_élargissement_hollande_non

Une perspective froidement accueillie par les autres chaines de télévision et radios et même par certains titres de presse. François Hollande était donc attendu sur le sujet lors de sa conférence de presse de rentrée lundi 7 septembre.

C’est non. Reconnaissant que l’audiovisuel public a besoin de financement, il a néanmoins affirmé que « la redevance télévisée ne peut pas être la variable d’ajustement. Il faut maîtriser l’appel à la contribution ».

Un revirement pour le président qui s’était jusqu’ici montré plutôt favorable à l’élargissement de l’assiette de la CAP (contribution à l’audiovisuel public). Ainsi, en octobre 2014, il se disait favorable à « une assiette plus large et plus juste » devant le CSA.

« La redevance fait l’objet de beaucoup de questions. La seule détention du poste de télévision ne peut pas être exclue de cette réflexion puisqu’on peut regarder les chaînes du service public sur d’autres instruments que la télévision. »

Il douche les espoirs de la présidente de France Télévision, qui n’a plus que le retour de la publicité après 20 h dans sa manche, mais il rejoint Axelle Lemaire, secrétaire d’État au Numérique « pas tellement favorable » à une redevance sur les box, cette mesure ne concernant que « 2 % des foyers en France, car 98 % des foyers ont une télévision ».

hollande_non_élargissement_redevance_TV

Tout comme le ministre de l’Économie Emmanuel Macron qui estime qu’une refonte plus globale de la redevance est nécessaire, mais que cela prendra du temps selon le JDD.

D’autant qu’un élargissement de la redevance au 2 % de la population restant n’apporterait qu’un gain minime pour un impact politique catastrophique.

Verra-t-on alors le retour de la publicité après 20 heures ou une hausse de quelques euros comme précédemment évoqué ? Les arbitrages prévus devraient nous apporter des réponses dans les prochaines semaines.