[Yahoo] Des offres à 5 milliards

Business

Par Elodie le

Toujours prêt à céder tout ou parti de ses actifs, le groupe Yahoo aurait reçu des offres s’élevant à 5 milliards de dollars pour acquérir son cœur de métier : ses activités en ligne.

yahoo_vente_offre_5_milliards

Jusqu’à présent, Verizon semblait faire la course en tête après avoir posé 3 milliards de dollars sur la table pour acquérir ce que Marissa Mayer, CEO de Yahoo, considère être l’ADN du groupe, les activités en ligne : moteur de recherche, sites et régie publicitaire.

Une somme qui peut paraitre astronomique, mais qui se révélait bien loin de celle espérée par les dirigeants de Yahoo, entre 6 et 8 milliards.

Aujourd’hui, la chaîne de télévision américaine CNBC indique que Yahoo aurait récemment reçu des offres à 5 milliards, voire plus. Sans qu’on ne connaisse l’identité des potentiels acquéreurs, ni la ou les parties qu’ils souhaitent obtenir, les actifs n’étant pas vendus en bloc. Quoi qu’il en soit, cette annonce a suffi à faire repartir le titre à la hausse de 1,30 % à la Bourse de New York, portant l’action à 37,45 dollars.

De nouvelles informations qui relèguent le mastodonte des télécoms Verizon au rang d’outsider.

Le conseil d’administration de Yahoo doit se réunir aujourd’hui pour étudier l’ensemble des offres avant de sélectionner celles qui passeront le round final la semaine prochaine et une réponse définitive qui devrait être formulée mi-juillet.

Plusieurs fonds d’investissement et sociétés se sont montrés intéressés pour acquérir tout ou partie des actifs de Yahoo. Notamment Google, le Daily Mail, Time Inc., ou encore AT&T et le fonds de capital-risque TPG Capital.

Après avoir acquis pour 1 milliard d’actions Apple, Berkshire Hathaway, la holding du milliardaire Warren Buffett, pourrait soutenir financièrement Dan Gilbert, fondateur de la société de crédit Quicken Loans et propriétaire de l’équipe de basket des Cleveland Cavaliers, s’il effectue une offre de rachat de l’ancienne pépite du web.

En février dernier, Marissa Mayer annonçait un vaste plan de restructuration – licenciement de 15 % des effectifs et fermeture des activités les moins rentables – sous la pression des investisseurs échaudés de voir leur pécule fondre comme neige au soleil. Sur la sellette, Mayer a finalement réussi à sauver sa place au prix d’une entrée au conseil d’administration de Starboard Value, fonds activiste, actionnaire à 1,7 % de Yahoo ! (570 millions d’euros d’investissements).