Le premier opérateur américain vend les données de ses clients à la police

Sur le web

Par Jules le

Le leader du marché téléphonique américain AT&T est au cœur d’un scandale impliquant les autorités des États-Unis. Depuis presque 10 ans, l’opérateur a conservé les données téléphoniques de ses clients pour les revendre aux forces de l’ordre.

Batman - The Dark Knight

Le journal The Daily Beast dévoile, à l’aide d’une série de documents, qu’AT&T collecte les informations privées de ses abonnés, dans le but de les fournir, contre rémunération, aux autorités de l’Oncle Sam. Pour ce faire, AT&T a créé “Hemisphere”, un programme qui mine les informations téléphoniques. Pendant 8 ans, la compagnie a ainsi enregistré les données provenant des SMS, historiques d’appels ou encore des conversations Skype.

Selon The Daily Beast, l’accès à ces données coûterait entre 100 000 et 1 million de dollars, en fonction de l’agence gouvernementale.

Aucun mandat requis

Mais les révélations ne s’arrêtent pas là, puisque les dossiers dévoilent que l’opérateur américain a tout fait pour que l’opinion publique ne soit pas au courant de l’existence de ce logiciel. Ainsi, si la police américaine n’a pas besoin de mandat pour accéder aux données, AT&T lui faisait promettre de ne jamais parler d’Hemisphere en public. Les autorités n’ont, cependant, pas accès directement au programme. Les employés d’AT&T se chargent de remplir les requêtes des agents du gouvernement.

Ce nouveau scandale va encore entamer l’image déjà bien écornée de la police américaine. Il apparaît une semaine après qu’une étude de l’Université de Georgetown révèle que la moitié de la population des États-Unis figure dans le logiciel de reconnaissance faciale utilisé par les autorités.

Source: Source